Investissement – Economiser et Investir http://www.economiseretinvestir.com Faites de votre argent ce que vous voulez vraiment ! Thu, 25 Jan 2018 08:30:59 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.8 Les bases de la négociation en immobilier http://www.economiseretinvestir.com/les-bases-de-la-negociation-en-immobilier/ http://www.economiseretinvestir.com/les-bases-de-la-negociation-en-immobilier/#comments Thu, 21 Dec 2017 07:13:33 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=4494 Voici dans ce nouvel article, quelques informations et méthodes pour réussir au mieux son achat immobilier, augmenter sa rentabilité et construire pas à pas son indépendance financière en agrandissant son patrimoine immobilier. La connaissance et l’acquisition des bases de la négociation en immobilier est une étape décisive pour ce faire. Le bien-fondé de votre négociation […]

The post Les bases de la négociation en immobilier appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Voici dans ce nouvel article, quelques informations et méthodes pour réussir au mieux son achat immobilier, augmenter sa rentabilité et construire pas à pas son indépendance financière en agrandissant son patrimoine immobilier. La connaissance et l’acquisition des bases de la négociation en immobilier est une étape décisive pour ce faire. Le bien-fondé de votre négociation est déterminé par ses bases fondamentales. négociation en immobilier

Négociation en immobilier :

1° Définir l’objectif maxi !

Toute négociation en immobilier commence déjà par la connaissance en amont de vos possibilités financières. Le premier objectif est donc de vous fixer un prix maximum (intéressant et avantageux pour vous) déterminant le bien potentiel à acquérir, à acheter. En d’autres termes, il s’agit de connaître votre prix-limite, cette limite marquant le prix à partir duquel vous ne donnerez pas suite à l’achat. Vous pouvez définir ce prix-limite en fonction de votre rentabilité mini 8,10,12%… de rendement. Vous aurez ainsi tous les chiffres en tête pour faire le bon choix et engagerez votre négociation plus sereinement, parce que conscient de vos possibilités.

2° Mieux connaître le vendeur

Des données élémentaires et précises à connaître sur le vendeur favorisent la bonne négociation du bien : pourquoi vend-t-il ?Quelle « motivation » l’anime et détermine sa vente ? Quand a-t-il acheté le bien ? Si par exemple, c’est un héritage et qu’il y a 5 héritiers, 5 000 € de négociation ne fait « que » 1 000 € par héritier, la part est « mince » en fin de compte. Si le vendeur a acheté son bien il y a 2 ans, la négociation s’annonce difficile car il a encore un encourt conséquent en banque, il ne voudra pas alors vendre à perte. En revanche, si l’achat date de 20 ans, le prêt est sûrement déjà clôturé et le prix de l’immobilier moindre très certainement à l’époque de l’achat : aussi, la négociation vous est plus favorable.

3° Il n’y a pas que le vendeur !

Faites le tour du bâtiment, regardez les boîtes aux lettres, discutez avec les voisins des appartements mais aussi de l’immeuble, s’il y a un concierge, rencontrez-le, il connaît bien mieux le bâtiment très souvent que votre vendeur. Les commerces autour du bâtiment ont certainement une connaissance de la résidence (problèmes potentiels ou autres)… Contactez le syndic’ qui gère la copropriété, sa connaissance des lieux est indispensable, même s’il n’y vit pas.

4° Quelques arguments 

Quelques exemples d’arguments pourront vous servir lors de votre négociation en immobilier : il faut rafraîchir, le montant des travaux est plus élevé que prévu, des équipements ne fonctionnent pas, l’isolation n’est pas optimale, le DPE est superficiel, les projets de travaux de la copropriété (prévisions), il y a encore un locataire dans l’appartement… Si vous avez des informations d’estimation en votre faveur, n’hésitez pas à les montrer, type meilleurs agents.com …

5° Commencer par une offre vraiment basse

Il vous faut commencer par une offre basse voire vraiment basse ! Ayez confiance en vous, le vendeur vous présentera nécessairement une contre-proposition. Même si l’offre est vraiment basse, soyez toujours courtois. Il est indispensable de justifier l’offre proposée (votre crédibilité est ainsi assurée et démontrée) : mentionnez quelques qualités sur le logement avant de proposer une offre et attestez ensuite sa légitimité. Aujourd’hui, une offre peut être présentée par téléphone, par e-mail, de vive voix. Pour ma part, j’ai une préférence pour cette dernière forme car elle vous permet de sonder le vendeur, ses pensées, son ressenti. De plus, le vendeur ne peut que vous considérez, vous écoutez : le risque du « rejet » est plus grand avec le téléphone (se faire raccrocher au nez) ou avec l’e-mail (attente d’une réponse qui n’arrive pas), le « face à face » facilite plus aisément alors une réponse immédiate.

6° Des points à ne pas négliger

Respectez toujours le vendeur même si celui-ci peut être « froissé » par votre proposition. Soignez votre présentation (bien habillé) mais sans « tomber » dans l’excès non plus (costume cravate). En fonction du logement visé, venez même en famille pour instaurer un climat plus sympathique et convivial avec votre vendeur. Le pan « émotions » peut aider votre négociation : même en immobilier, l’aspect humain de la transaction ne doit pas être négligé.

Conclusion sur la négociation en immobilier

Ces informations, somme toute simples, peuvent vous rapporter gros dans une négociation en immobilier. Ayez toujours à l’esprit qu’il faut rester ouvert car la négociation doit convenir aux deux parties : vendeurs ou acheteurs de biens mais avant tout négociateur humain. Vous ne pourrez jamais tout acheter et ne signerez pas toutes les offres que vous présentez. Néanmoins, celle négociée et acquise, aura été réfléchie, étudiée, en fonction de vos possibilités et de sa rentabilité. Vous ne pourrez alors que vous satisfaire de la négociation entreprise, aboutissant à votre succès. 🙂

“Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs intitulé “Techniques de négociation” organisé par le blog mission-investisseur-immeuble.com. Si vous avez aimé cet article, partagez-le :)”

The post Les bases de la négociation en immobilier appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/les-bases-de-la-negociation-en-immobilier/feed/ 1
« 107 principes immobiliers pour investir comme un pro et s’enrichir avec la pierre » de Bruno Rako http://www.economiseretinvestir.com/107-principes-immobiliers-pour-investir-comme-un-pro-et-senrichir-avec-la-pierre-de-bruno-rako/ http://www.economiseretinvestir.com/107-principes-immobiliers-pour-investir-comme-un-pro-et-senrichir-avec-la-pierre-de-bruno-rako/#comments Thu, 19 Oct 2017 09:10:53 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=4471 Dans cet article, je vous propose mon résumé et retour sur l’ouvrage de Bruno Rako, 107 principes immobiliers pour investir comme un pro et s’enrichir avec la pierre. De par son titre, évocateur et à-propos, cet ouvrage s’inscrit parfaitement dans la thématique du blog, cherchant à vous conseiller et à vous guider, dans vos projets, […]

The post « 107 principes immobiliers pour investir comme un pro et s’enrichir avec la pierre » de Bruno Rako appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Dans cet article, je vous propose mon résumé et retour sur l’ouvrage de Bruno Rako, 107 principes immobiliers pour investir comme un pro et s’enrichir avec la pierre. De par son titre, évocateur et à-propos, cet ouvrage s’inscrit parfaitement dans la thématique du blog, cherchant à vous conseiller et à vous guider, dans vos projets, immobiliers notamment.

Bruno Rako a rencontré de nombreux investisseurs et a souhaité rendre compte de ces rencontres en pointant les éléments ou idées-clés de ces investisseurs immobiliers découverts à travers leur témoignage.

 

Qui est Bruno Rako ?

Suite à une première expérience d’investissement locatif semée d’embûches, Bruno Rako décide de lancer le site InvestImmoClub.com. L’objectif est clair : faciliter l’apprentissage et le partage entre particuliers pour investir, en renforçant sa confiance. Après avoir rencontré des centaines d’investisseurs (débutants et initiés), il propose des méthodes pragmatiques et surtout (ré)applicables. Aujourd’hui, il a investi dans plusieurs lots immobiliers, des appartements, un local commercial et un immeuble de rapport.

107 principes immobiliers

Le livre : 107 principes immobiliers

Ce livre mentionne toutes les étapes d’un parcours relatif à la construction et la mise en œuvre d’un projet immobilier : approche financière, recherche du bien, acquisition, travaux, gestion, impact fiscal du projet immobilier… Chaque principe correspond à une étape : en fonction de la vôtre, celle qui correspond à votre avancement dans votre projet, à votre « niveau actuel » déterminant votre besoin d’informations/de conseils vis-à-vis de votre projet, vous pouvez rapidement et de manière efficace lire le principe qui s’y rapporte donc dans l’ouvrage : par exemple « le principe #22 – Ne soyez pas trop fidèle à votre banque« . A chaque étape de votre projet donc, vous trouverez un principe qui la définit : « le principe #38 – Ajouter une marge de 15% sur vos travaux« . Par conséquent, l’accompagnement est « schématisé » (liste claire de principes numérotés) et surtout, individualisé (chacun peut se rapporter au principe qui est le sien au moment « T » où il en a besoin, relatif à son projet). Une des forces de cet ouvrage est la réunion d’articles, d’histoires et de témoignages qu’il propose, lui permettant ainsi de ne pas être un simple ouvrage théorique dans la thématique présentée. A contrario, il se définit comme un guide pratique qui énonce et traite de tous les sujets nécessaires à la construction d’un projet immobilier, et ce de façon claire et concise, il va « droit au but ».

De nombreux retours sur expériences (exemples vécus donc) sont présentés par les investisseurs interviewés. Des « bonus » viennent approfondir les sujets développés, cette fois sur le site de l’auteur, sans « alourdir » ainsi le propos de l’ouvrage, afin de lui garantir « une lecture facile » ; exemples de bonus : des résumés de livres, fichiers supports, check-lists, exemples plus visuels… L’objectif de l’ouvrage est d’accompagner de manière simple, pratique et efficace tout investisseur, en facilitant sa compréhension des principes de l’investissement immobilier et, l’aider concrètement dans sa démarche.

 

Concours pour gagner les 107 principes immobiliers

Pendant une semaine, et ce jusqu’au vendredi 27 octobre à minuit, par le biais de mon blog, Bruno Rako offre un ouvrage papier de son livre à un de mes lecteurs. Afin de vous en faire profiter, j’ai donc choisi cet ouvrage pour proposer mon premier concours sur le blog en procédant par un tirage au sort pour désigner le gagnant.

Pour participer, rien de plus simple : être inscrit(e) ou vous inscrire à ma Newsletter et, avoir aimé ou aimer ma page Facebook en mentionnant en commentaire sur mon blog ou sur Facebook, « je veux le livre » ou « je participe au concours ». Vous pouvez partager cette offre-concours avec votre entourage, susceptible de s’intéresser à cet ouvrage ou s’intéressant à l’investissement immobilier et aux conseils pour mieux le réaliser.

Bonne chance à tous !!

Voici le résultat du tirage au sort en image :

Félicitation à Vincent 😉 Merci aux participants

Comment vous procurer cet ouvrage pour vos projets immobiliers ?

Vous pouvez vous procurer ce livre avec tous ses principes immobiliers, à la FNAC, dans certaines librairies et bien sûr sur Amazon (en version papier ou kindle).

Conclusion

Cet ouvrage de Bruno Rako est incontournable pour guider et orienter efficacement tous les futurs investisseurs immobiliers : il évite la perte de temps, le stress inutile, la désinformation.

Il vous permettra de vous sentir accompagné(e) à chaque étape de votre projet.

Pour les initiés, lire les anecdotes d’autres investisseurs est toujours enrichissant : le retour d’expériences n’a pas de prix ! J’aurais voulu lire cet ouvrage à mes débuts pour aller plus vite et pour optimiser mes projets immobiliers.

Plus qu’un livre, cet ouvrage est un guide à garder tout au long de sa vie d’investisseur car il répertorie et permet de retrouver, à chaque instant, une information sur un sujet particulier, relatif au monde de l’immobilier.

The post « 107 principes immobiliers pour investir comme un pro et s’enrichir avec la pierre » de Bruno Rako appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/107-principes-immobiliers-pour-investir-comme-un-pro-et-senrichir-avec-la-pierre-de-bruno-rako/feed/ 5
Investir dans des PME, en défiscalisant http://www.economiseretinvestir.com/investir-pme-defiscalisation/ http://www.economiseretinvestir.com/investir-pme-defiscalisation/#comments Thu, 19 May 2016 09:05:59 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=4361 Bonjour à tous, aujourd’hui je laisse la ligne éditoriale de mon blog à Jean CAUPIN, expert des investissements dans des PME (Petites et Moyennes Entreprises), tout en défiscalisant. Cet article vous énonce une possibilité d’investissement que je ne maîtrise pas, du moins pas encore, et qui pourrait intéresser certains d’entre vous. Je tiens à remercier […]

The post Investir dans des PME, en défiscalisant appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Bonjour à tous, aujourd’hui je laisse la ligne éditoriale de mon blog à Jean CAUPIN, expert des investissements dans des PME (Petites et Moyennes Entreprises), tout en défiscalisant. Cet article vous énonce une possibilité d’investissement que je ne maîtrise pas, du moins pas encore, et qui pourrait intéresser certains d’entre vous. Je tiens à remercier Jean pour toutes ces informations et vous souhaite une bonne lecture.

Investir dans des PME et réduire son impôt

Les PME, sociétés employant moins de 250 salariés et dont le Chiffre d’Affaires n’excède pas 50 millions d’euros, sont les véritables locomotives de l’économie française. En effet, elles sont plus de 3 millions, emploient 48,7 % des salariés du privé, apportent 43,9 % de la valeur ajoutée et génèrent 35,6 % du Chiffres d’Affaires en France (chiffres INSEE 2011). Paradoxalement, cette prédominance des PME dans l’économie française ne se traduit pas dans l’investissement : seulement 32,2% de l’investissement en France (chiffres INSEE 2011) sont captés par les petites et moyennes entreprises. Pour palier à ce déficit de financement, il existe plusieurs dispositifs de défiscalisation qui récompensent les contribuables investissant dans des PME éligibles d’une réduction d’impôt attractive. Tour d’horizon :

Les FCPI pour l’investissement dans des PME innovantes

Les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI) sont des OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) qui autorisent une réduction de l’Impôt sur le Revenu (IR) ou une réduction de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) lorsqu’un contribuable-investisseur investit dans une PME éligible. Souscrire dans une FCPI revient à financer des PME innovantes et non cotées. Dans le cadre de l’impôt sur le revenu, le bénéfice fiscal accordé revient à 18% de la somme investie avec un plafonnement atteignant 2 160 € pour un célibataire et 4 320 € pour un couple. Dans le cadre de l’ISF, la carotte fiscale équivaut à 50% du montant de l’investissement, avec un plafond fixé à 18 000€.investissement pme

Investir dans plusieurs PME via une holding ISF

Les contribuables possédant un patrimoine supérieur à 1.3 millions d’euros peuvent réduire leur impôt de solidarité sur la fortune via la souscription à une holding ISF. Cette dernière est elle-même une PME qui investira les fonds collectés dans d’autres PME. La réduction d’impôt atteint 50% du montant de l’investissement avec un plafond fixé à 45 000€. A noter que pour que l’avantage fiscal reste valable, les souscripteurs à une holding ISF doivent conserver les titres dans les PME financées jusqu’au moins au 31 décembre de la 5ème année de souscription.

Investir directement dans une PME

Il est également possible de réduire son ISF en investissant directement dans une PME, sans passer par les services d’une société intermédiaire. L’avantage fiscal sera le même que celui engendré par la souscription à une holding ISF, à savoir 50% des sommes investies à hauteur de 90 000€ maximum.

Souscrire à un fonds d’investissement de proximité (FIP)

Un FIP est un fonds qui investit dans des PME exerçant son activité commerciale dans 4 régions limitrophes. Souscrire à ce type de fonds autorise une réduction de l’IR (soit 18 % du montant de l’investissement avec un avantage fiscal plafonné à 2 160 € pour un célibataire et 4 320 € pour un couple) ou une réduction de l’ISF (50% des sommes investies avec réduction plafonnée à 18 000€). A noter qu’il existe deux types de fonds d’investissement de proximité particuliers :

  1. Le FIP Corse (réduction de l’IR de 38% du montant placé) accessible aux contribuables métropolitains
  2. Le FIP DOM (réduction de l’IR de 42% du montant placé) uniquement accessible aux investisseurs des DOM

Conclusion

Il existe toute une batterie de dispositifs fiscaux récompensant votre investissement PME par une réduction de votre impôt.

Ne connaissant pas encore ce type d’investissement, comme mentionné plus haut, je ne saurais vous guider avec cohérence et assiduité. Toutefois, à la fois investisseur mais également novice (on en apprend tous les jours, malgré ses expériences), il convient d’ouvrir ses possibilités, d’élargir ses horizons, pour parfaire et étendre, pourquoi pas/peut-être, ses investissements vers des domaines que l’on ne soupçonnait probablement pas.

Sans doute, certains d’entre vous connaissaient déjà ce type d’investissement dans les PME, n’hésitez pas à relater votre expérience. 😉

Si vous avez des questions ou besoin de compléments d’informations suite à cet article, Jean pourra vous répondre dans les commentaires ou vous pouvez le contacter directement. 😉

The post Investir dans des PME, en défiscalisant appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/investir-pme-defiscalisation/feed/ 1
La location meublée saisonnière http://www.economiseretinvestir.com/location-meublee-saisonniere/ http://www.economiseretinvestir.com/location-meublee-saisonniere/#comments Thu, 21 May 2015 08:42:54 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3942 Lors du bilan de la première année de cette acquisition immobilière (deux appartements : un F2 et un studio), j’évoquais la possibilité de changer le statut « en location » de ce dernier, « en saisonnier ». Ceci est donc aujourd’hui chose faite, puisque quelques mois plus tard, j’effectuais les démarches nécessaires à ce changement. La location de mon […]

The post La location meublée saisonnière appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Lors du bilan de la première année de cette acquisition immobilière (deux appartements : un F2 et un studio), j’évoquais la possibilité de changer le statut « en location » de ce dernier, « en saisonnier ». Ceci est donc aujourd’hui chose faite, puisque quelques mois plus tard, j’effectuais les démarches nécessaires à ce changement.

La location de mon appartement en meublé touristique à Colmar, a débuté mi-avril 2014. Comme vous l’aurez constaté, chers lecteurs et lectrices, lors du 2e semestre 2014, je n’ai pas beaucoup écrit sur le blog. 🙂 La mise en œuvre de ce nouveau projet en est la cause : y consacrer du temps (indispensable) fut en effet nécessaire pour « mettre en marche la machine », et ce comme il se doit. Évoquer ce projet dès lors aujourd’hui, me permet de vous exposer les chiffres sur 1 an de service, ce qui démontre déjà sensiblement le bien fondé, ou non, de cette idée de changement…

location appartement meublé gîte Colmar (1)

Comment se passe une location meublée saisonnière ?

Pour savoir si mon projet était réalisable (plausible si l’on peut dire), j’ai effectué une estimation de la demande potentielle, en prenant contact avec des personnes faisant déjà de la location meublée courte durée à Colmar. D’une manière générale, on peut aussi réaliser une annonce fictive pour savoir si ce type de location fonctionnerait dans sa localisation précise (lieu/ville où se situe la location saisonnière envisagée).

La photographie ci-dessus, vous montre une partie de ma location. Sa décoration a été réalisée par mes soins, avec l’aide appréciable de mon entourage. 😉

La durée minimum de séjour dans mon appartement est de 2 nuits. Dans cette location, tout est compris : chauffage, internet+TV, machine à laver, linges de lit, linges de toilette, et les « petits » accessoires indispensables tels que liquide vaisselle, savon pour les mains, sucre, huile, café, thé.

Pour gérer et effectuer le suivi de mes entrées/sorties, j’utilise tout simplement un tableau Excel.

Ma location meublée saisonnière

Depuis le début de l’activité, les retours et commentaires des voyageurs que j’ai obtenus sont (très) satisfaisants. Ces derniers apprécient les prestations et services proposés (les accessoires ne sont pas si « petits » finalement) et soulignent l’effort engagé pour proposer un confort optimal, pour favoriser leur bien-être, même s’il est de courte durée. Ils mentionnent très souvent également le bon accueil qui leur a été fait, ainsi que la qualité du logement dans son ensemble (certes petit, mais étudié de manière à offrir tout le nécessaire utile pendant le séjour). Tout se passe donc pour le mieux actuellement ! 🙂

Ces points positifs sont extrêmement gratifiants pour moi, car de son commencement jusqu’en décembre 2014, c’est moi-même qui gérais la totalité de cette activité : de l’annonce à la remise des clés, en passant par « l’administratif », l’accueil des voyageurs et les conseils donnés, ainsi que le ménage entre chaque départ/arrivée. Depuis janvier 2015, j’ai embauché une personne pour effectuer cette gestion locative : les entrées/sorties et le ménage, en conservant toutefois la gestion administrative du logement.

Autre information importante, j’ai fait labelliser ce logement en location meublée de tourisme 2 étoiles.

Quelques chiffres de ma location meublée touristique

Les dépenses

Afin de rendre le logement attractif et adapté, à l’image de ce que l’on attend d’une location meublée saisonnière, environ 3 000 € ont été nécessaires pour l’aménager. Cette somme comprend les dépenses relatives : au mobilier (meuble de cuisine, armoire, meuble d’entrée, table basse), au petit équipement (mini four, micro ondes, cafetière, lampes, box…), au lit (sommier, matelas), aux linges de toilette et lit, enfin aux « accessoires décoratifs » (plantes, tapis, parapluie et seau…).

D’autres dépenses viennent s’ajouter à celles déjà citées (même mineures, elles sont toujours « en plus »). Toutefois, dresser la liste complète de tous les achats n’est pas le plus important ici. Je souhaitais simplement donner un aperçu de l’investissement de « départ » qu’il est nécessaire d’effectuer en amont de la mise en location. J’ai financé moi-même cet investissement de « départ » grâce à une épargne de précaution. Sans ces économies, il est certain que je n’aurais pas pu concrétiser ce projet !

Sur une année, c’est-à-dire de mi-avril 2014 à mi-avril 2015, mon chiffre d’affaire s’élève à environ 11 000 €. Ce chiffre renvoie à un remplissage de 54%… Je peux donc faire mieux ! 😉 Ce chiffre correspond à : 197 nuitées louées, 66 entrées/sorties réalisées. En moyenne, ce sont des séjours de 3 nuitées qui ont été réservés. En partages, échanges et sourires, 20 nationalités différentes ont croisé ma route. 🙂

Le chiffre d’affaire

De ce chiffre d’affaire, il faut soustraire toutes les charges : l’électricité, l’eau, les charges de copropriété, le prêt bancaire, l’assurance PNO, la taxe foncière, « la taxe d’habitation » (CFE), les taxes de séjour, la femme de ménage, mes impôts… Rien que ça ! 🙂

Du temps

Entre la gestion, le check-in, le check-out et le ménage, j’estime que 3 à 4 heures par séjour sont nécessaires pour rendre l’appartement apte à l’accueil des voyageurs. Ces quelques heures passées représentent un temps considérable, qui plus est, lorsqu’elles se multiplient au cours de la semaine et au fur et à mesure des séjours demandés (2 à 3 fois par semaines). Une bonne organisation et gestion de son temps est donc nécessaire !

La Plateforme Airbnb

Les réservations de mon logement se font à 90% via la plateforme Airbnb. C’est une plateforme de locations meublées saisonnières « entre particuliers », que permet, pour tous les séjours souhaités, de vivre chez l’habitant et de louer une chambre privée ou un logement entier par exemple. Chacun trouvera « son bonheur » puisqu’une grande diversité de logements est proposée, et ce dans plus de 200 pays du monde, et une gamme de prix tout aussi large permet de répondre aux exigences de tous les budgets.

Cette plateforme m’a mis à disposition un photographe gratuitement pour réaliser des photos de mon appartement, qui plus est de qualité.

Contre frais de service (une commission), Airbnb met en relation un locataire et un propriétaire en s’occupant de tout « l’indispensable administratif » très contraignant. En effet, la plateforme gère la caution et les arrhes, le bail d’entrée. Elle propose également un service « après location » très appréciable et efficace, qui répond aux questions éventuelles, aide le propriétaire face aux désaccords ou désagréments rencontrés. Cette prise en charge totale de la part de la plateforme, constitue pour moi une raison majeure qui a orienté mon choix de cette plateforme plutôt qu’une autre. Elle gère toutes les contraintes administratives que tous et chacun, moi y compris, détestons généralement, ce qui simplifie concrètement la vie. 🙂 Par ailleurs, la fiabilité et le professionnalisme de cette plateforme sont constatés, ce qui justifie d’autant plus mon choix.

Pour tous les voyageurs désireux et curieux de découvrir l’Alsace, voici mon annonce ; c’est avec un grand plaisir que je vous accueillerai dans ma charmante petite ville alsacienne, Colmar. 🙂 🙂 Si vous souhaitez être parrainé(e) pour bénéficier d’un bonus de 22€ pour voyager, c’est par ICI !

colmar

Vous et la location meublée saisonnière

A travers cet article, je souhaitais être le plus complet possible. Je me suis attaché à retranscrire mon expérience relative à la location meublée saisonnière, en pointant les difficultés, le travail et les finances exigés et engendrés par un tel projet, mais aussi en mentionnant le plaisir qui en découle et qui permet quelque peu de récompenser les efforts engagés.

Il est certain qu’un projet de location, qui plus est saisonnière, requiert temps et dévouement. Sa mise en route d’abord, et son suivi ensuite ne peuvent se dérouler dans de bonnes conditions sans quelques sacrifices, finalement judicieux, pour aboutir au résultat (positif) attendu. Ceci n’est pas une surprise, tout projet réclame son lot d’investissements (physique, moral, financier…). Néanmoins, il est important d’y être préparé, averti, car vivre son projet est toujours bien plus difficile que de l’imaginer, malgré, qui plus est, la préparation physique et morale entreprise en amont de sa concrétisation.  😉

Sachant par expérience que le vécu d’un tel projet engendre un certain nombre de questions, si vous souhaitez vous aussi faire de votre location un lieu d’accueil saisonnier, ou si l’investissement dans ce secteur soulève de simples interrogations, n’hésitez pas à me solliciter via l’espace dédié aux commentaires ci-dessous, je tenterai de vous répondre en utilisant mon propre vécu afin de vous orienter au mieux. 😉

Conclusion

Cette expérience de la location saisonnière est indiscutablement un enrichissement pour ma part. Cet enrichissement est bien sûr financier, mais il est aussi humain, car la rencontre de voyageurs d’horizons si différentes s’avère être une source de connaissances, une ressource « humaniste » si je puis dire, que l’on ne peut imaginer. Je suis par conséquent ravi d’avoir entrepris un tel projet !

Malgré les belles rencontres, le partage et la satisfaction que l’on obtient lorsque les voyageurs se disent heureux de leur passage, il est évident que ce type de location n’est pas fait pour tout le monde ! Rigueur et organisation,  sympathie, compréhension et patience, sont des qualités requises pour faire de cette expérience un apport quotien. Les contraintes sont telles que l’on ne peut penser faire du saisonnier pour s’enrichir ! C’est un fait, mais mieux vaut être prévenu ! 🙂

The post La location meublée saisonnière appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/location-meublee-saisonniere/feed/ 27
Mon nouvel investissement immobilier http://www.economiseretinvestir.com/mon-nouvel-investissement-immobilier/ http://www.economiseretinvestir.com/mon-nouvel-investissement-immobilier/#comments Sun, 29 Mar 2015 12:36:04 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=4122 Dans ce nouvel article, je vais vous présenter mon nouvel investissement immobilier. Je recherchais en effet l’année dernière un nouveau bien immobilier sur Colmar, plus précisément un appartement type F2-F1, si possible « bien situé » (proche centre-ville et gare), et surtout, bien évidemment, assez rentable pour pouvoir l’acheter… Prendre le temps pour trouver son investissement immobilier […]

The post Mon nouvel investissement immobilier appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Dans ce nouvel article, je vais vous présenter mon nouvel investissement immobilier. Je recherchais en effet l’année dernière un nouveau bien immobilier sur Colmar, plus précisément un appartement type F2-F1, si possible « bien situé » (proche centre-ville et gare), et surtout, bien évidemment, assez rentable pour pouvoir l’acheter…

Prendre le temps pour trouver son investissement immobilier

Mes recherches immobilières ont débuté activement aux mois de mars-avril 2014. Après sélection, j’ai visité plusieurs biens (4 ou 5), dont 1 pour lequel j’ai fait une offre mais qui n’a pas été acceptée. De ce fait, j’ai poursuivi mes recherches et ai trouvé enfin mon nouvel investissement immobilier en octobre 2014. L’acte de vente définitif chez le notaire a été signé mi-février 2015.

Malgré plusieurs mois passés à chercher « ma perle rare », le temps nécessaire pour la trouver fut néanmoins relatif. Dans mon cas de figure, ces quelques mois étaient de toute façon indispensables pour « dénicher » ce qui me convenait. Ce fut donc long, mais relativement abordable ; d’autres situations pourraient être bien plus complexes…

Description de ce nouvel investissement immobilier

Le terme « investissement immobilier » caractérise bel et bien mon achat, puisque ce n’est pas 1 mais 2 appartements que j’ai finalement acquis. Je suis décidément abonné à investir par paire ! 🙂 Souvenez-vous de mon premier investissement immobilier locatif.

Mes deux biens sont 2 studios « étudiants », ayant chacun une superficie de 14 m². Ils sont tous deux meublés et actuellement loués. Leur localisation est favorable au type de locataires potentiellement visés : ils sont situés à environ 1 km de la gare, moins de 1 km du centre ville et à 1,5 km de l’IUT.

La copropriété, dans laquelle se trouvent mes logements, date des années 80 et se compose de 90 logements, tous de même surface. Mon premier studio se situe au rez-de-chaussée, le second au 1er étage.

investissement immobilier rdc

L’immeuble est géré par un syndic professionnel, Foncia. Dans la cour intérieure de la copropriété, se trouve un parking d’environ 30 places non privatives. Un concierge vit dans la résidence et est payé par l’ensemble des copropriétaires.

Comme déjà cité plus haut, ces deux biens ont été vendus meublés. Ils comptent chacun une kitchenette (avec vaisselles, casseroles…, petit réfrigérateur, bouilloire, micro-ondes), un canapé-lit, un bureau avec chaise, un dressing et une salle de bain/WC.

Ils sont chauffés avec des radiateurs électriques. Les fenêtres ont été remplacées en 2011, les chauffe-eau individuels changés en 2014 et la mise aux normes incendie des communs a été effectuée en 2014. L’appartement du rez-de-chaussée a été entretenu…

J’ai trouvé ce nouvel investissement immobilier via un site d’annonces sur internet, Le bon coin.

Nouvel investissement immobilier, quelques chiffres

chiffres investissement immobilier

Conclusion

Je dois avouer que ce nouvel achat n’est pas « une superbe affaire ». Néanmoins, il me permet de continuer mon développement financier, vers mon indépendance financière. Cette copropriété et la gestion locative de ces biens vont qui plus est, parfaire mes connaissances sur ces sujets et compléter mes acquis, toujours dans l’objectif d’asseoir mes compétences dans le domaine de l’achat immobilier, de la gestion financière immobilière aussi.

The post Mon nouvel investissement immobilier appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/mon-nouvel-investissement-immobilier/feed/ 16
Jouer à l’investisseur… http://www.economiseretinvestir.com/jouer-linvestisseur/ http://www.economiseretinvestir.com/jouer-linvestisseur/#comments Sun, 07 Dec 2014 11:39:18 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3190 En cette fin d’année, la recherche de cadeaux est dans toutes les têtes. Il est de coutume de dire que plus tôt on apprend une règle, une démarche, une stratégie…, plus tôt on est à même de réinvestir au mieux cette nouvelle connaissance, ce nouvel apport. En cette période de fêtes, pourquoi ne pas lier […]

The post Jouer à l’investisseur… appeared first on Economiser et Investir.

]]>
En cette fin d’année, la recherche de cadeaux est dans toutes les têtes. Il est de coutume de dire que plus tôt on apprend une règle, une démarche, une stratégie…, plus tôt on est à même de réinvestir au mieux cette nouvelle connaissance, ce nouvel apport. En cette période de fêtes, pourquoi ne pas lier l’utile à l’agréable en achetant des jeux qui permettent de se familiariser avec le monde de l’investissement, avec les diverses stratégies permettant de mieux gérer, économiser ou dépenser son argent… En somme, pourquoi ne pas apprendre les codes fondamentaux de l’investissement, par le biais du jeu, du divertissement. Petits ou grands, tout le monde peut jouer à l’investisseur !

Jouer à l’investisseur mais comment ?

Il existe des jeux de société éducatifs qui explorent le côté investisseur de chacun des joueurs en présence. Ils permettent, sans en avoir l’air, de développer cette fibre de l’investisseur, ou de moins, ils nous y rendent sensible.

Quelque soit notre âge, qui n’a jamais joué des heures, et des heures, à ce jeu mondialement connu et reconnu… Le MONOPOLY !!! Décliné aujourd’hui sous de multiples versions, le but de ce jeu consiste à investir et ruiner ses concurrents (partenaires de jeu) via des opérations immobilières. La thématique est ainsi donnée : l’immobilier est le mot clé, les fortunes se faisant et se défaisant au fil des coups de dés.

Monopoly - Jouer à l'investisseur

HOTEL DELUXE est un jeu dans lequel vous devez faire fortune en construisant des hôtels luxueux. Les joueurs incarnent de riches magnats destinés à devenir les propriétaires de luxueux complexes hôteliers dans le monde entier. Il leur faudra tenter d’obtenir des permis de construire, puis investir dans leurs complexes immobiliers comme tout bon investisseur. Ensuite, tous les joueurs qui visiteront leurs hôtels devront payer la nuitée. Hélas, ces hommes d’affaires vont progressivement se ruiner, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que deux. A ce moment-là, la banque cessera de leur donner de l’argent et le jeu se terminera rapidement par la victoire du baron de l’économie capitaliste !

Dans le jeu RICHESSES DU MONDE (je m’intéresse pour ce jeu à la gestion proprement dite, non liée à l’immobilier), il s’agit d’acquérir et de gérer des productions mondiales en parcourant le monde, en achetant des titres d’exploitation à travers la planète entière. Plus on renforce son monopole sur un produit (produits agricoles, ressources minières, industries, etc.) et plus on tente de bâtir un empire économique à l’échelle mondiale. Au cours de la partie, les joueurs reçoivent des redevances pour les titres qu’ils ont achetés ou, au contraire, paient des redevances pour les titres acquis par les autres joueurs.

Des jeux de stratégie immobilière se développent également sur le Net comme EMPIRE IMMO. La gestion immobilière est au cœur de ce jeu en ligne. Vous commencez en tant que jeune investisseur qui décide de réaliser un rêve : créer son empire immobilier et financier en construisant, achetant, vendant et louant des propriétés diverses… Ainsi devenez le plus grand propriétaire et dominez par votre puissance !  Les revenus de vos locations, les ventes, vous permettent d’investir de plus en plus et de monter dans le classement des plus grands empires de biens immobiliers. Mais attention, prenez vos précautions et n’investissez pas sans réfléchir !

Jouer à l’investisseur mais pourquoi ?

Jouer à l’investisseur consiste simplement à apprendre en s’amusant sur des thématiques qui façonnent notre quotidien (réel celui-ci) tels que celle de la gestion de l’argent, des finances, des investissements… A travers le jeu, on peut se forger, développer des tactiques d’investisseurs, pour ainsi les reproduire dans la vraie vie ! Il ne faut pas négliger ce type de procédé pour apprendre…

A travers les jeux de société stratégiques, dès son plus jeune âge, l’enfant apprend les codes liés à l’économie et à la finance, ce qui lui permet de développer des capacités et compétences indispensables pour l’âge adulte. Il ne faut donc pas hésiter à familiariser les tout-petits avec ces jeux divers et variés. L’enfant doit se montrer réactif, défensif, protecteur de ses biens, il entre finalement dans une « culture de l’effort » où rien ne s’obtient facilement, mais où tout doit se construire judicieusement et habillement. Ces jeux de société développent donc des aptitudes qui ne sont pas si ridicules après tout, le jeu n’étant qu’un support pour intéresser et stimuler l’enfant.

Hôtel de Luxe - Jouer à l'investisseur

Conclusion

Les supports ludiques, tels que les jeux de société, sont bien souvent des ressources précieuses pour la construction de la connaissance. Apprendre en s’amusant permet d’appréhender plus facilement des notions, thématiques ou domaines dont la confrontation directe pourrait lasser, faire peur, ne pas avantager en somme l’apprentissage de quoi que ce soit. Les domaines de la finance et de l’investissement peuvent paraître bien trop techniques pour toute personne qui en serait extérieure, et, il est vrai, qu’ils supposent des connaissances précises pour ne pas se tromper.

A travers le jeu, je prends connaissance, sans y prêter réellement attention qui plus est, de stratégies éventuelles, d’attitudes et subtilités nécessaires à l’investissement, quel qu’il soit.

Finalement, j’acquiers à travers le jeu, les codes pour mieux appréhender, dans la réalité, la construction d’un projet d’investissement immobilier, ou tout autre projet lié au domaine financier.

Jouer à l’investisseur… pour mieux devenir investisseur !

The post Jouer à l’investisseur… appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/jouer-linvestisseur/feed/ 5
Rachat de crédit immobilier, mon expérience personnelle http://www.economiseretinvestir.com/rachat-credit-immobilier-experience-personnelle/ http://www.economiseretinvestir.com/rachat-credit-immobilier-experience-personnelle/#comments Thu, 20 Nov 2014 14:21:45 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=4001 Le thème de ce nouvel article est le rachat de crédit immobilier. De par mon expérience personnelle et en me servant de ma propre démarche, je vais, après vous en avoir défini les termes, vous expliquer comment je m’y suis pris pour effectuer mon rachat de crédit immobilier. Qu’est-ce qu’un rachat de crédit immobilier ? […]

The post Rachat de crédit immobilier, mon expérience personnelle appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Le thème de ce nouvel article est le rachat de crédit immobilier. De par mon expérience personnelle et en me servant de ma propre démarche, je vais, après vous en avoir défini les termes, vous expliquer comment je m’y suis pris pour effectuer mon rachat de crédit immobilier.

Qu’est-ce qu’un rachat de crédit immobilier ?

L’objectif de la renégociation ou du rachat de crédit immobilier, est tout simplement de gagner considérablement sur les conditions de votre crédit initialement signé. Pour engager ce rachat de crédit, il faut que les taux auxquels vous avez souscrit votre crédit immobilier, soient les plus élevés possibles par rapport à ceux actuellement proposés sur le marché, qui ne sont, par ailleurs, jamais descendus aussi bas ! Il s’agit donc de gagner de l’argent !

Ma démarche personnelle pour effectuer mon rachat de crédit immobilier.

Lors de l’acquisition de mon investissement locatif en février 2013 dernier, les taux étaient relativement plus hauts que ceux actuels.

Taux février 2013 taux 3,7 % sur 20 ans.

Taux octobre 2014 taux 2,6 % sur 20 ans.

Pour engager un rachat de crédit immobilier qui soit intéressant, il est nécessaire : de vérifier la baisse des taux du marché (cela va sans dire) et de s’assurer qu’il y ait au moins 1% (en moins bien sûr) de différence entre son taux initial et le taux actuel. A ces conditions, le rachat de crédit peut être envisagé, posé à la réflexion.

Comme la comparaison des taux ci-dessus le prouve, dans ma situation, le rachat de crédit immobilier peut s’avérer judicieux. J’ai donc décidé de rencontrer un courtier pour établir toutes les possibilités qui s’offraient à moi. Comme je l’ai déjà expliqué dans un autre article, il est essentiel de proposer un dossier structuré, organisé, composé de toutes les pièces justificatives nécessaires à son élaboration. Je me suis donc présenté à mon courtier avec un dossier au combien complet, ce qui a, d’ailleurs, un peu surpris mon interlocuteur (dans le bon sens du terme), au vu de sa réaction une fois mon dossier posé sur la table ! De ce fait, avant même que ne débute mon entrevue avec lui, je savais « marquer d’ores et déjà des points », sa réaction me l’attestant.

La maîtrise personnelle de son dossier (dans lequel, encore une fois, il ne manque pas une pièce justificative ; ce qui était mon cas), vous permettra de prouver votre fiabilité auprès du professionnel-interlocuteur. Il s’agit de « faire bonne impression », afin que votre dossier soit dès lors pris au sérieux, sans que cela ne vous coûte (si ne n’est votre temps, nécessaire à la constitution de votre dossier, un temps qui bien souvent, peut vous faire gagner de l’argent !).

rachat de crédit immobilier

Avant même la prise de contact avec mon courtier, j’ai établi mes critères et objectifs actuels, c’est-à-dire, déterminé les raisons qui me poussaient à entreprendre un rachat de crédit. D’une part, je souhaitais partir de ma banque actuelle car ce n’est pas vraiment « une banque pour les investisseurs » il est vrai. De plus, au-delà même de ce point « technique », nous n’entretenons pas avec mon ancienne conseillère une relation des plus plaisantes, ce qui me dérange je dois dire particulièrement, étant quelqu’un qui apprécie créer des relations, y compris professionnelles, basées sur la communication franche et directe, constructive et dynamique. D’autre part, il m’importait de gagner en temps du prêt et/ou en montant de mes mensualités, mais surtout, de faire en sorte que tout soit pris en compte dans ce nouveau crédit, qu’il s’agisse des frais de courtier, des Indemnités Remboursement Anticipé (IRA)…

Un rachat de crédit immobilier peut donc vous permettre « d’être gagnant », bien qu’il ne faille pas oublier les frais engendrés par cette démarche (frais de dossier, frais de courtier, IRA si non négociées lors de la signature du crédit immobilier initial, entre autres). Ces différents frais peuvent être pris en charge par ce rachat de crédit immobilier mais viendront « grignoter » un temps soit peu le bénéfice du « meilleur » taux obtenu.

Le résultat de ma démarche de rachat de crédit immobilier.

Le 31 octobre dernier, un rendez-vous « bilan » a été fixé avec mon courtier. L’offre proposée par mon courtier, qui me correspond le mieux, m’amène à conserver la même mensualité (à quelques euros près) mais me permet de gagner plus d’1 ans sur mon prêt actuel avec un taux de 2,3%. Tous les frais évoqués plus haut sont pris en compte. Dans le futur prêt, les indemnités de remboursement anticipé ont déjà été évoquées. Par défaut ces frais s’élèvent à  3%. Dans mon cas, avec cette offre, ils ne s’élèveraient plus qu’à 1%. De plus, la banque évoquée est une entité bancaire qui est « plus favorable aux investisseurs » pour financer des projet à hauteur de 110%…, ce qui équivaut au prix du logement plus les frais de notaire…

En prenant en compte, les frais de courtier de 600 €, les IRA s’élevant à 1600 € au maximum (6 mois d’intérêts), les frais de dossier du futur rachat de crédit immobilier de 450€, malgré l’ensemble de ces charges, je vais tout de même gagner plus de 10.000 € en faisant ce choix !

Conclusion

Ne négligez pas la renégociation ou le rachat de vote crédit immobilier ! Cette démarche peut vous faire gagner une somme d’argent non négligeable, vous permettant d’anticiper au mieux votre crédit sur le long terme.

Pensez à utiliser un courtier. Ce dernier vous fera gagner un temps précieux et, vous ne payerez les frais de recherche que SI vous signez une proposition. Veillez également à suivre les taux du marché actuel afin de les comparer à vos taux obtenus, pour attester ou non de la nécessité du rachat de crédit.

En toute logique, la renégociation ou le rachat de crédit immobilier est plus rentable si vous avez êtes au début de votre durée de remboursement de prêt. De plus, pour une meilleure optimisation, il est préférable d’avoir encore plusieurs dizaines de milliers d’euros à rembourser… Aussi, assurez vous de répondre à ces deux conditions avant d’entreprendre votre démarche.

Si vous êtes actuellement dans cette situation du rachat de crédit immobilier, profitez dès maintenant des taux bas du marché et contactez votre banquier, d’autres banques ou un courtier, afin d’engendrer des économies par la (re)gestion de votre crédit initialement contracté. 😉

Si vous avez déjà réalisé votre rachat de crédit immobilier, n’hésitez pas à partager votre expérience sur le sujet. 😉

The post Rachat de crédit immobilier, mon expérience personnelle appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/rachat-credit-immobilier-experience-personnelle/feed/ 6
Événement interblogeurs : Comment financer un bien locatif ? http://www.economiseretinvestir.com/evenement-interblogeurs-comment-financer-bien-locatif/ http://www.economiseretinvestir.com/evenement-interblogeurs-comment-financer-bien-locatif/#comments Sat, 12 Jul 2014 09:50:42 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3946 L’événement des investisseurs Suite au succès rencontré pour son événement de juin 2013 dont la thématique était « Les 5 bonnes raisons d’investir dans…« , Jérôme, blogueur d’ investissement immobilier débutant, a créé un nouvel événement « Mon secret pour financer mes investissements » prévu pour ce mois de juillet 2014. Plusieurs blogueurs-investisseurs invités par ses soins [dont moi :)] participent à […]

The post Événement interblogeurs : Comment financer un bien locatif ? appeared first on Economiser et Investir.

]]>
L’événement des investisseurs

Suite au succès rencontré pour son événement de juin 2013 dont la thématique était « Les 5 bonnes raisons d’investir dans…« , Jérôme,logo investisseur immobilier débutant blogueur d’ investissement immobilier débutant, a créé un nouvel événement « Mon secret pour financer mes investissements » prévu pour ce mois de juillet 2014. Plusieurs blogueurs-investisseurs invités par ses soins [dont moi :)] participent à cet événement. Chacun d’entre eux va proposer un support de son choix (rédaction d’un article, réalisation d’une interview…), qui sera ensuite publié sur le blog de Jérôme.

Cette initiative, toujours source d’enrichissements à la fois pour les lecteurs mais aussi pour les participants, fait donc suite au premier événement que Jérôme a créé l’année dernière. Dans ce nouvel évènement, les différents blogueurs participants vont fournir des conseils, à travers leurs expériences et constats personnels, afin d’orienter tout investisseur dans son projet et l’amener à obtenir le « OUI » du banquier.  Lors de tout investissement et notamment dans l’immobilier locatif, l’étape du financement est forcément incontournable et inévitable. Cet évènement permet alors de réunir tous les conseils nécessaires et, d’illustrer les étapes d’une démarche à suivre pour faire aboutir au mieux le financement espéré d’un investissement  immobilier locatif.

Tout comme pour l’évènement passé, les articles constituant ce nouvel évènement seront rassemblés dans un e-book que j’offrirai aux personnes inscrites sur ma newsletter. 😉

 

Ma participation

Je remercie vivement Jérôme pour m’avoir convié à cet événement et « embarqué » dans cette nouvelle aventure des plus plaisantes et captivantes…

Mon article paraîtra ce jour même sur le blog de Jérôme, il s’intitule « Comment présenter son dossier d’investissement locatif au banquier« .

Cet article énonce les étapes à suivre, du point de vue administratif et financier, pour constituer un dossier de financement solide et fiable relatif à un projet locatif, agrémenté d’une partie sur mon expérience personnelle pour illustrer mes dires.

Lecteurs et lectrices, n’hésitez pas à réagir en postant votre commentaire ou exprimez-vous directement sur cet évènement et sur ma participation, sur le blog de Jérôme où mon article sera publié.

The post Événement interblogeurs : Comment financer un bien locatif ? appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/evenement-interblogeurs-comment-financer-bien-locatif/feed/ 3
5 conseils pour bien épargner http://www.economiseretinvestir.com/5-conseils-pour-bien-epargner/ http://www.economiseretinvestir.com/5-conseils-pour-bien-epargner/#comments Thu, 24 Apr 2014 13:36:45 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3820 L’acte même d’épargner, doit engager un certain nombre de questionnements afin de garantir au mieux cette épargne (protection, rentabilité notamment). De même, placer/mettre de côté de l’argent pour se constituer une somme d’argent dite « de réserve », une épargne de précaution, doit être déterminé entre autres aussi, par des questions relatives à l’objectif du placement souhaité… […]

The post 5 conseils pour bien épargner appeared first on Economiser et Investir.

]]>
L’acte même d’épargner, doit engager un certain nombre de questionnements afin de garantir au mieux cette épargne (protection, rentabilité notamment). De même, placer/mettre de côté de l’argent pour se constituer une somme d’argent dite « de réserve », une épargne de précaution, doit être déterminé entre autres aussi, par des questions relatives à l’objectif du placement souhaité…

Que conseilleriez-vous à un débutant qui veut commencer à placer son argent ?

Cet article fait partie de l’événement inter-blogueurs intitulé Carnaval d’articles « Que conseilleriez-vous à un débutant qui veut commencer à placer son argent ? » organisé par Marc du blog MieuxGererSonArgent.com. Vous pouvez retrouver plus d’informations sur cet événement ainsi que les écrits des autres blogueurs participant en cliquant ici.bien épargner

 Mes 5 conseils pour bien épargner

1) Apprendre à se connaître

Quelque soit le projet, l’action, la décision entrepris(e), il faut nécessairement commencer par se poser des questions existentielles, relatives à soi proprement dit, afin d’orienter ce projet ou cette décision le plus justement possible, en fonction de ses attentes et besoins particuliers. L’action d’épargner ne fait pas exception à cette règle, bien au contraire. Puisqu’il s’agit logiquement de répondre à ses besoins, qui plus est imprévus, soudains, ou réalisables dans le long terme, il est indispensable de se questionner sur ses nécessités premières lorsque l’on souhaite épargner.

Qui suis-je ? Ou plus précisément, quel est « mon profil financier » ? Voici la question que, selon moi, doit se demander tout individu voulant épargner à bon escient. Ai-je un tempérament de « bon père de famille », désireux de mettre ma famille « à l’abri »  des éventuels coups durs de la vie ? Au contraire, suis-je une vraie « tête brûlée », dont l’objectif premier est de profiter, « croquer la vie à pleine dent » ? Suis-je une cigale ou plutôt une fourmi ? Dépensier ou organisé ? En fonction de son profil , l’épargne ne sera pas envisagée de la même manière, pour les mêmes raisons…

2) Vérifier « ses bases financières »

Avant de commencer à épargner « pour investir » , il faut se créer une épargne de précaution, afin d’anticiper  les « mauvaises passes »  éventuelles. Pour débuter et atteindre la rentabilité, convoitée à juste titre, il est nécessaire de se constituer au préalable une base financière, pour justifier et rendre compte de sa capacité à maîtriser et gérer son argent au quotidien. La mise en place d’une épargne de précaution permet de prouver sa capacité à anticiper l’imprévu (perte d’emploi, problème de santé, entretien véhicule…), ce qui est particulièrement apprécié des interlocuteurs susceptibles de faire avancer un investissement engagé (banque…). Si cet investisseur sait « mettre de côté », il saura, vraisemblablement, suivre judicieusement l’avancée de son projet (en théorie). On s’assure une certaine reconnaissance des professionnels sollicités. Au-delà même de cette reconnaissance collective, celle personnelle n’est absolument pas en reste, il s’agit de vérifier le contrôle individuel de ses finances, chacun étant « maître de son portefeuille », il est préférable que sa gestion soit faite le plus habilement possible, et ce par ses propres soins avant tout.

3) Quel objectif pour ce placement, quel projet ?

Point lié inévitablement à celui développé plus haut, l’objectif, le but du placement envisagé, est intimement lié à la connaissance de soi. En définissant clairement l’objectif du placement, on détermine ses priorités et favorise sa motivation pour suivre ces dernières rigoureusement. En effet, parce que j’ai exprimé une volonté à travers ce placement, je vais effectuer ce dépôt d’argent scrupuleusement tous les mois, par exemple, car il servira à la concrétisation de ce projet, que je souhaite voir réaliser (« toucher les étoiles ! » 🙂 ). Néanmoins, en amont de ce projet désiré, d’autres projets constituent peut être des impératifs qu’il s’agit de mettre en œuvre immédiatement, dans un laps de temps restreint. Aussi, il s’agit également de s’interroger sur son « objectif de vie », en hiérarchisant ses priorités dans le temps. La conquête des étoiles n’est sans doute pas une nécessité absolue…  😉

De même, face à tout projet, des questions subsistent : ai-je un projet (immobilier…) en cours ? Quelles sont les échéances de  ce/ces projet(s) ? Aurai-je besoin d’un complément de revenu dans le futur ?… Toujours envisager ses projets, même les plus secondaires (souvent un leurre), dans une vision d’ensemble et sur le long terme.

Le temps est un facteur dans le choix du type de placement potentiel, il détermine le placement à réaliser. Les placements effectués pour concrétiser des projets « à court terme », peuvent être envisagés sur des supports répondant à ce critère temporel « immédiat ». Par exemple, les livrets permettent de récupérer son argent dès que nécessaire. A contrario, pour les placements servant des besoins « sur le long terme », il s’agit plutôt de recourir à des « supports » tels que la bourse, l’immobilier…, « supports » qui impliquent et exigent une « conservation » minimale de son argent, pour espérer engendrer une rentabilité intéressante. La somme d’argent injectée dans ces « supports » est aussi une somme que l’on ne souhaite pas obtenir directement (et dans l’instant), elle ne peut effectivement pas être obtenue en un seul virement sur son compte, cela va sans dire. En somme, ces placements « sur le long terme » s’apparentent (et sont) davantage à des investissements proprement dits.

4) Se renseigner avant d’épargner

Il existe de multiples supports d’épargne ou de placement. Afin d’orienter au mieux son choix, il est impératif de se renseigner, d’accroître ses connaissances pour « se former » sur le sujet, avant de passer à l’action via  une épargne ou un projet d’investissement. Cette recherche d’informations constitue la base dans tout passage à l’acte, quel qu’il soit. Se renseigner sur la fiscalité spécifique à chacun des différents produits d’épargne possibles, constitue une ressource complémentaire pour faire son choix, indispensable car déterminante pour orienter ce choix en fonction de son objectif initial.

Il faut choisir « les placements » adaptés à sa situation, en prenant en compte les conseils précédemment cités. Les renseignements souhaités peuvent être obtenus en faisant appel à des organismes qualifiés dans le domaine visé, en consultant des ouvrages dont les auteurs sont référencés, désignés comme incontournables dans leur secteur, en surfant sur Internet via des blogs par exemple, en échangeant avec des amis, collègues…, l’échange quotidien étant une source de connaissances, mais pourtant, et souvent, inconsidérée.

5) Diversifier son épargne

Pour construire son épargne ou faire fructifier son épargne, la diversification peut être une solution adaptée. La devise de cette diversification peut très facilement être résumée par l’expression suivante « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier » ! Cependant, il faut rester à l’aise avec ses choix (cf. conseil n°1). Par exemple, les supports dits « à risque », sont généralement choisis dans une optique de recherche d’une forte rentabilité. Mais si ce choix « à risque » justement, se traduit par des insomnies interminables, c’est peut être alors un choix finalement loin d’être judicieux (justifiant d’ailleurs que peu de personnes le choisissent initialement).  Le risque peut payer, mais encore faut-il pouvoir assumer ce risque !  Attention, la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf… en sait quelque chose ! 😉

L’optimisation de ses revenus, de son épargne, est une « ligne directrice » que l’on doit garder à l’esprit. Mais afin d’augmenter son épargne/placement, et donc ses revenus, il s’agit avant tout autre chose, d’agir sur son quotidien, en gérant et réduisant ses dépenses, notamment superflues, qui coûtent cher à la réalisation de ses projets espérés, directement ou indirectement. Ce fait est bien trop souvent négligé alors qu’il constitue la première clé et source d’enrichissement.

Conclusion

S’il ne fallait retenir qu’un seul conseil, que l’on soit débutant (ou même investisseur avisé), ce serait celui qui renvoie au questionnement personnel. Tous les autres conseils découlent finalement de cet impératif, se poser les questions qui permettront de comprendre, anticiper et déterminer « le pourquoi du comment » ce choix. Pourquoi placer cet argent ? Comment réaliser ce projet ? Quels sont mes impératifs ? Que voudrais-je construire maintenant, demain… ? Ces questions orienteront le « découpage », la répartition de son épargne, en fonction des divers supports disponibles actuellement sur le marché. L’essentiel demeure dans la pertinence de ses choix en accord avec ses besoins (réels)…

Et vous, quels conseils donneriez-vous à un débutant qui veut placer son argent ?

The post 5 conseils pour bien épargner appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/5-conseils-pour-bien-epargner/feed/ 8
Conseils aux jeunes investisseurs ambitieux http://www.economiseretinvestir.com/conseils-jeune-investisseur-ambitieux/ http://www.economiseretinvestir.com/conseils-jeune-investisseur-ambitieux/#comments Fri, 11 Apr 2014 08:16:28 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3593 De par mon intérêt pour le domaine de la finance, et de par les diverses connaissances que j’ai pu emmagasiner pour mener à bien un projet d’investissement (notamment immobilier), je suis amené à aider les personnes de mon entourage dans leur projet personnel, en leur faisant profiter de mes capacités (connaissances législatives par exemple…) pour […]

The post Conseils aux jeunes investisseurs ambitieux appeared first on Economiser et Investir.

]]>
De par mon intérêt pour le domaine de la finance, et de par les diverses connaissances que j’ai pu emmagasiner pour mener à bien un projet d’investissement (notamment immobilier), je suis amené à aider les personnes de mon entourage dans leur projet personnel, en leur faisant profiter de mes capacités (connaissances législatives par exemple…) pour déjouer les « pièges » et autres « arnaques », susceptibles d’être rencontrés, quand on décide d’investir.

De par mon blog, je reçois aussi ponctuellement des mails de lecteurs me demandant des conseils ou idées pour affirmer ou concrétiser leur projet d’investissement. Je tente d’y répondre avec une attention particulière puisque l’objectif du blog est bien d’aider chacun dans son quotidien, et notamment, les jeunes investisseurs ambitieux qui comme moi, ont besoin de conseils pour faire évoluer positivement leurs projets.

Ce nouvel article renvoie au détail des échanges eus avec un de mes lecteurs, qui souhaitait mon opinion  sur une situation vécue. A travers cette retranscription (et avec l’accord de ce lecteur bien entendu), je souhaitais rendre compte d’une situation pertinente qui me semblait intéressante de partager avec tous, démontrant qui plus est, quelques conseils donnés aux jeunes investisseurs ambitieux, dont Loïc, lecteur pris en exemple ici, fait partie.jeune investisseur ambitieuxLes propos retranscris ci-dessous n’ont pas été modifiés (le fond), seule la forme (syntaxe, ponctuation) a été quelque peu remaniée afin de garantir la compréhension de tous.

Situation de Loïc, jeune investisseur

Bonjour Olivier,

J’espère que tu vas bien ; moi je reviens tout juste d’un nouveau rendez-vous à la banque de ma rue et je suis dégoûté, je voudrais t’en parler…

J’ai 20 ans, étudiant, 600€ mensuel, peu d’épargne donc pas « tout pour moi », mais du moins, l’envie et la motivation d’un futur investisseur qui vise l’indépendance financière.

Je me suis présenté pour le financement d’un parking en plein centre de Lille, environ 10 000€ pour un loyer de 80€ d’une durée la plus longue.

Ses réponses (la conseillère bancaire) : Ce n’est pas intéressant de le louer avec une plus-value mensuelle car à la fin tu n’es pas tellement gagnant, tu paies des impôts… C’est mieux de le louer 80€ si la mensualité est de 80€ aussi, ou même de rajouter car il y a un déficit foncier donc on ne paie pas d’impôts… (bien sûr je préfère payer des impôts car cela veut dire que je m’enrichis).

Pour un prêt immobilier : OBLIGATION CDI dans toutes les banques mais de toute façon pour un investissement de 10 000€ mieux à la conso.

Prêt étudiant et conso : cela revient à 130€/mois donc avec un rajout de ma poche, mais moi ce n’est pas mon but, sauf pour un prêt étudiant ça peut être à 105€ mais le fait de rajouter de ma poche ne me convient pas.

Ensuite, je lui ai dit que c’était bien vu de ne pas rajouter de sa poche et qu’il s’autofinance tout seul ;  elle m’a dit que cela n’avait rien à voir, que si on montre que l’on peut mettre de côté chaque mois et que l’on peut rembourser, on prouve que l’on sait gérer…

Elle m’a répété : quand on achète faut pas voir ce que ça nous rapporte directement car on paie à la fin de l’année… c’est plus sur le long terme.

Ça me blase, faut vraiment que j’attende d’être en CDI etc… ; j’ai l’impression de parler à des gens qui ne savent pas de quoi je parle…. suis-je trop impatient ? N’as-tu pas des contacts de banques qui s’y connaissent? Je veux vraiment y arriver…

Ma réponse

Bonjour Loïc,

Je comprends votre frustration et votre situation…, moi-même, je suis passé par là…

Un premier grand conseil : il faut que vous fassiez vos preuves, via votre quotidien, et que vous prouviez que vous pouvez mettre de l’argent de côté ; cela va nécessairement rassurer votre banquier (financièrement parlant). Il faut être acteur de vos finances, mon fichier de gestion « Bilan financier, comment se porte votre budget ? », peut vous aider dans cette démarche.

Ensuite, Il faut à nouveau rassurer les banquiers, en réalisant une projection, c’est-à-dire un business-plan, en répertoriant les revenus de location estimés via une agence immobilière, voire deux, les papiers d’assurance de taxe foncière, l’estimation de frais de notaire… Pour ce faire, mon fichier de gestion « Calculer la rentabilité d’un investissement locatif », peut vous aider.
Il faut confirmer tous les aspects financiers, ou du moins un maximum, via des professionnels du secteur, agence immobilière pour les loyers, l’imposition via un mail du service des impôts avec les décrets au besoin… Il vous faut un dossier solide !!!, vous concernant personnellement et concernant votre projet.

Aujourd’hui, vous faîtes bien de faire attention à ne pas mettre 1 € de plus par mois dans ce projet, car vous risquez de vous « endetter » un peu auprès des banques, ce qu’il faut éviter à tout prix. Si le projet ne s’autofinance pas, cela veut dire actuellement que vous vous endettez, et ceci ne plait pas beaucoup aux banques, même si votre statut d’étudiant et le salaire s’y rapportant de 600€ ne sont que provisoires, non garantis « à vie ».

D’ailleurs, ce statut de jeune actif à venir est un argument dans votre situation : vous allez gagner de l’argent X €/mois qui vous permettra d’engager de multiples projets…, ce serait donc dommage que votre banque vous perde.

Je n’ai pas de banque à vous soumettre, l’aboutissement d’un projet quel qu’il soit ne dépend pas de la banque, mais bel et bien du conseiller bancaire. C’est pourquoi il est essentiel de vous adresser à plusieurs banques, donc plusieurs conseillers ; il vous suffit d’une validation pour faire affaire. 😉

Votre âge et votre motivation « précoce » relative à l’acte d’investir, sont des facteurs au combien positifs ; vous êtes avisé car plus tôt vous investissez, plus vite vous accéderez à votre indépendance financière. Certes, votre statut d’étudiant actuel peut être un frein à la construction de votre projet…, il vous faut alors le compenser en augmentant vos connaissances par la lecture d’ouvrages incontournables dans le domaine de la finance et de l’investissement. Il faut démontrer votre fiabilité en montrant que vous savez de quoi vous parlez.

Un dernier point : vous êtes-vous interrogé sur le bien fondé de l’investissement désiré ? Peut-être que, finalement, l’affaire n’en est pas vraiment une…, il y a peut-être encore mieux à dénicher pour que votre achat respecte votre budget…

J’espère vous avoir « aidé » dans votre démarche, je reste disponible pour échanger avec vous.

Courage !
Olivier G.

Une autre question (et quelle question) de Loïc l’investisseur

J’aimerais savoir comment vous avez commencé vous à investir ? Et combien de temps, cela vous a-t-il pris ? Quelles actions avez-vous mises en place pour y parvenir ?
Quelle est l’action incontournable qui me permettra de passer à l’action plus vite ? Merci

Une démarche personnelle d’investisseur

En fait, chaque personne est différente, et donc, chaque démarche le sera également, mais cela ne dépend en rien de sa réussite vers l’indépendance financière.

Pour ma part, j’ai commencé à travailler, j’ai mis de l’épargne de coté, j’ai réduit mes dépenses… C’est bien après, que je me suis mis à m’intéresser à l’investissement financier, une fois avoir prouver que je pouvais rembourser un prêt au besoin. J’ai « utilisé » le fichier de gestion « Bilan financier ».

Concernant plus précisément mon investissement locatif, j’ai constitué un dossier, un bilan via le fichier de gestion qui montrait que la courbe globale de mes finances augmentait, j’ai fait estimer mon appartement que j’avais acheté en résidence principale, les appartements de l’investissement étaient loués donc j’ai eu le bail, le montant des loyers…

Pour cet investissement, cela n’a pas été facile, j’ai eu plusieurs refus et j’ai dû ajouter un apport personnel, les frais notariés…. Une information aussi, que vous savez peut-être déjà en lisant mon blog, j’ai fait tout ceci en étant en CDD, et d’ailleurs, je suis encore en CDD.

Aujourd’hui, il faut que vous vous documentiez, vous pouvez vous créer un réseau de partenaires, banques, notaires, agences immobilières… Vous pouvez effectuer des visites de projets garage, appartement…, pour vous familiariser avec le monde des investisseurs et trouver votre premier investissement…

Mes constats

J’ai souhaité vous faire partager cet échange car il peut effectivement être utile à de nombreux « jeunes investisseurs ambitieux ».

En effet, les demandes et incertitudes évoquées par Loïc, sont celles que chacun est à même de se poser et ressentir, face à la réalisation d’un projet où l’on engage à la fois son argent mais aussi sa personne (le moral « en prend souvent un coup »).

Il est malheureusement souvent constaté cette fatalité, cette attitude défaitiste de la part de celui qui doit conseillé envers celui qui attend une aide pour avancer au mieux. L’investisseur (et notamment le jeune), est bien souvent affaibli, non par son projet qui le passionne, mais par les déclarations négatives prônant l’échec avant même d’avoir commencé.

Pour passer outre ces remarques désobligeantes, il est essentiel de porter son projet « à bout de bras » en assurant sa crédibilité. Je l’ai mentionné à Loïc à plusieurs reprises, et le répète donc ici encore, mais ce point me paraît indispensable, car il est la garantie, non seulement de la réussite de son projet, mais également, de la considération de ceux à qui l’on demande conseil, que l’on souhaite voir s’engager dans ce projet, pour en assurer justement la réussite.

Autre point, la non obtention d’un CDI, ne doit pas être un frein dans la construction de son projet d’investissement, en aucune façon. Comme indiqué plus haut, je suis moi-même en CDD et suis malgré tout engagé dans des projets immobiliers ! Seule la construction attentive, soigneuse et minutieuse de son projet, est garante de sa solidité.

Pour finir, j’ajouterais que le banquier n’est pas forcément un investisseur et qu’il, de ce fait, ne peut pas forcément être de bons conseils pour assurer la réalisation de l’investissement présenté. C’est pourquoi il faut d’autant plus « se battre » avec des arguments financiers pour démontrer que vous, vous êtes un vrai investisseur réfléchi. Il faut s’entourer de personnes du métier pour comprendre ces ficelles… 😉

Et vous, quelle(s) précision(s), quel(s) conseil(s) souhaitez-vous apporter à ce jeune investisseur, à tout investisseur ambitieux mais débutant ?

Partagez également votre propre parcours d’investisseur en évoquant les obstacles rencontrés par exemple…, via l’espace de commentaires, ou le formulaire-contact si vous souhaitez en témoigner.

The post Conseils aux jeunes investisseurs ambitieux appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/conseils-jeune-investisseur-ambitieux/feed/ 5