Budget au quotidien – Economiser et Investir http://www.economiseretinvestir.com Faites de votre argent ce que vous voulez vraiment ! Thu, 25 Jan 2018 08:30:59 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.8 Banque sans frais, vrai ou faux ? http://www.economiseretinvestir.com/banque-sans-frais-vrai-faux/ http://www.economiseretinvestir.com/banque-sans-frais-vrai-faux/#respond Thu, 25 Jan 2018 08:30:59 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=4548 En début d’année, tous les frais ont tendance à augmenter : assurances, tickets transports, essence… Les frais bancaires ne font pas exception. Mais pouvons-nous vraiment encore aujourd’hui trouver une banque sans frais ? Il y a différents types de frais : tenue de compte, carte bancaire, gestion de compte en ligne, utilisation des distributeurs, assurance… […]

The post Banque sans frais, vrai ou faux ? appeared first on Economiser et Investir.

]]>
En début d’année, tous les frais ont tendance à augmenter : assurances, tickets transports, essence… Les frais bancaires ne font pas exception. Mais pouvons-nous vraiment encore aujourd’hui trouver une banque sans frais ?

Il y a différents types de frais : tenue de compte, carte bancaire, gestion de compte en ligne, utilisation des distributeurs, assurance… Peut-on par conséquent échapper à toutes ces dépenses ?

Banque sans frais, vrai ou faux ? 

L’association nationale de défense des consommateurs et usagers, la CLCV a effectué une enquête en janvier 2017 sur les banques et leurs frais. Elle a répertorié trois types de banque : les banques traditionnelles, celles en ligne et les assurances-banques ainsi. Puis, elle a défini trois types de consommateurs parmi lesquels les consommateurs moyens. Ces derniers dépensent annuellement  et en moyenne : dans une banque traditionnelle 149,33€ (la moins chère 97,20€, la plus chère 341,20€), dans une banque en ligne 35,02€ (la moins chère 0€, la plus chère 111,13€), dans les banques-assurances 115,07€ (la moins chère 80,90€, la plus chère 157,20€).

Les écarts de prestations tarifaires constatés entre les 136 banques de l’enquête sont conséquents (les exemples présentés ci-dessus le prouvent). Entre le « 0 frais » et les « 341.20€ »référencés, des économies potentielles de 341.20€ sont donc envisageables, ce qui n’est pas rien !

Une banque sans frais est donc possible mais elle ne représente pas la majorité des banques actuelles. Aussi, il vous faudra d’abord vous tourner vers une banque en ligne, pour ensuite choisir la banque en ligne qui vous correspondra le mieux (celle sans frais au possible)…

Pourquoi les banques en ligne sont-elles moins chères ? 

La plupart des banques en ligne proposent des services gratuits. Non seulement, elles ne facturent pas de frais de tenue de compte, mais en plus elles mettent à disposition dans la plupart des cas une carte bancaire gratuite, agrémenté d’une prime à l’ouverture de compte.

L’intérêt d’avoir recourt à une banque en ligne est de pouvoir gérer ses comptes librement à distance sans se rendre dans son agence bancaire pour effectuer des opérations courantes comme un virement ou une demande de mise à disposition de chéquier. Les usagers ont accès à des services bancaires dématérialisés et sont donc plus libres de gérer leurs finances personnelles. Ce sont ces actions quotidiennes que le consommateur peut faire seul (sans l’intervention d’un conseiller présent donc) qui constituent la différence majeure entre banques traditionnelles et banques en ligne. De plus, contrairement à ces dernières, la banque traditionnelle possède très souvent, des banques de réseaux avec des établissement physiques, qui engendrent là encore des coûts supplémentaires, justifiant une facture toujours « plus salée » que celle d’une banque en ligne.

D’où viennent les banques en ligne ?

Tous les groupes bancaires les plus influents et importants ont créé ou possède une filiale de banque en ligne : par exemple le groupe SOCIÉTÉ GÉNÉRALE possède Boursorama Banque ; le CRÉDIT MUTUEL possède Monabanq ;  la BNP PARIBAS possède Hello Banque; le CRÉDIT AGRICOLE possède BforBank…

De par l’attractivité grandissante de la banque en ligne pour le client, l’intérêt du marché aussi, les banques traditionnelles ont dû s’adapter et évoluer avec la société… Le monde change, la banque aussi (celle-ci aime l’attester souvent dans ces slogans d’ailleurs). 🙂

Le graphique ci-dessous présente le nombre de clients qui ont adhéré à une banque en ligne. Au 1er janvier 2017, plus de 2 millions 250 milles utilisateurs profitaient déjà des moindres frais et, pour une majeure partie, des banques sans frais ! Vous n’êtes donc pas les seuls à utiliser désormais une banque en ligne. 😉

Le nombre d’utilisateurs est aussi en lien avec leur ancienneté : ING DIRECT (2000), Boursorama banque (1998), Fortunéo (2009), Monabanq (2006) Hello bank (2013).

banque en ligne

Classement au 1er janvier 2017 des banques en ligne par nombre de clients

Conclusion

Les banques en ligne, les banques sans frais, attirent de faire de plus en plus d’adaptes ; A votre tour d’en profiter ! L’inconvénient de la banque en ligne réside dans le fait une connexion Internet est nécessaire et, qu’elle oblige une certaine utilisation face à laquelle toutes et tous peuvent être déstabilisés (certaines populations moins familières avec l’outil Internet  peuvent alors préférer le contact traditionnel offert par l’agence bancaire). Autre point, pour ouvrir un compte dans une des banques en ligne et donc, bénéficier d’une banque sans frais, des conditions de revenus et/ou de dépôts sont fixées, les personnes les plus modestes ne pourront donc pas toujours y adhérer.

Personnellement, j’ai deux comptes dans deux banques en ligne Boursorama banque et ING Direct et j’en suis très satisfait. La gratuité des frais bancaires, le système de prime et de parrainage, sont des atouts très appréciables, et très certainement, appréciés par tous les utilisateurs. 🙂

The post Banque sans frais, vrai ou faux ? appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/banque-sans-frais-vrai-faux/feed/ 0
Sepastop pour résilier vos contrats http://www.economiseretinvestir.com/resilier-vos-contrats-sepastop/ http://www.economiseretinvestir.com/resilier-vos-contrats-sepastop/#respond Thu, 16 Jun 2016 08:44:05 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=4383 Aujourd’hui, je vous propose une interview de Nathan de Hert de la société Sepastop, dans laquelle nous allons évoquer la résiliation d’abonnement. Je vous ai déjà parlé de vérifier si vous n’avez pas de doublon d’assurance, contrat ou autres à résilier, et de faire jouer la concurrence concernant les assurances, par exemples relatives à la […]

The post Sepastop pour résilier vos contrats appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Aujourd’hui, je vous propose une interview de Nathan de Hert de la société Sepastop, dans laquelle nous allons évoquer la résiliation d’abonnement. Je vous ai déjà parlé de vérifier si vous n’avez pas de doublon d’assurance, contrat ou autres à résilier, et de faire jouer la concurrence concernant les
assurances, par exemples relatives à la voiture, l’habitation, pour payer moins cher tout est ayant les services attendus…

Qui êtes-vous ? Que faites-vous ? Présentation de Sepastop ?

Après avoir travaillé à Shanghai au sein de la Hutong School, une école internationale, ainsi que chez KPN, un opérateur néerlandais de télécommunications, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure entrepreneuriale en 2015, en fondant Sepastop.
Sepastop est un service de résiliation d’abonnement et de prélèvements automatiques en ligne, dont l’objectif est de simplifier la vie de tout individu amené à effectuer une résiliation.
Sepastop pour résilier vos contrats

Pourquoi ce nom « Sepastop » ?

Le nom est une contraction entre Sepa et Stop. Les prélèvements SEPA sont les prélèvements européens qui remplacent les prélèvements locaux depuis 2014.

Quels sont les organismes pour lesquels on peut vous solliciter ?

Energie (EDF, Direct Énergie, GDF Dolce Vita…), télécom (SFR, Free, Bouygues Télécom, Orange…), association caritative (Médecins du Monde, Action contre la Faim, Médecins sans Frontières, Ligue contre le Cancer, Croix Rouge…), assurance habitation ou assurance voiture (AXA, Groupama, MAIF, Matmut, MAAF, MACIF…), salles de gymnastique (Amazonia, Basic Fit, Fitness Park…), journaux ou magazines (Ouest France, Elle, Biba, Cuisine Actuelle, Auto Plus, Le Monde, Paris Match, Voici…). Comme vous le voyez, la liste est longue, et est loin d’être exhaustive ! D’autre part, si l’un des contrats ou abonnements que vous souhaitiez résilier n’était pas encore présent sur notre site, il vous suffit de nous envoyer un message pour que nous l’ajoutions.

Dans quels pays proposez-vous vos services ?

Pour le moment, Sepastop est disponible en France, en Belgique et aux Pays Bas.

Quelle est la procédure, démarche à entreprendre ?

Résilier un contrat avec Sepastop est extrêmement simple : il suffit de sélectionner le service que l’on souhaite arrêter, de remplir un formulaire avec ses informations personnelles et voilà, on obtient alors sa lettre de résiliation personnalisée à imprimer !

Quels sont les bénéfices/avantages justifiant votre service pour résilier, vos conseils ?

Sepastop permet à nos clients de gagner un temps fou, puisqu’ils n’ont plus besoin de passer des heures à chercher les infos dont ils ont besoin.

Comment vous contacter ?

Il vous suffit d’envoyer un mail à nathan@sepastop.eu (en anglais), ou aurelie@sepastop.eu (en français).

Votre prestation est-elle gratuite ?

L’obtention de sa lettre de résiliation à imprimer est entièrement gratuite. C’est seulement si l’on souhaite utiliser le service d’envoi en recommandé (et donc éviter la queue au bureau de poste) qu’il faudra payer (11€45).

Avez-vous une information à nous faire parvenir ? Le mot de la fin

Mettez-fin au calvaire des résiliations, testez Sepastop ! 🙂

J’espère que cet article vous a plu ou du moins renseigné quelque peu sur la thématique abordée. Maintenant vous n’avez plus de prétexte pour ne pas résilier tel ou tel abonnement, et ainsi diminuer par là-même vos dépenses au
quotidien. Un abonnement inutile résilié, c’est de l’argent de gagner pour « faire autre chose » ! 😉

N’hésitez pas à poser vos questions, exprimer vos avis, dans les commentaires.

The post Sepastop pour résilier vos contrats appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/resilier-vos-contrats-sepastop/feed/ 0
Billets de train pas chers ! http://www.economiseretinvestir.com/billets-de-train-pas-cher/ http://www.economiseretinvestir.com/billets-de-train-pas-cher/#comments Fri, 06 Feb 2015 13:19:34 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3989 Les périodes de vacances sont vectrices de rassemblements. Ce sont des occasions qui permettent, à toutes les familles et aux amis qui ne se sont pas vus tout au long de l’année ou depuis bien plus longtemps, de se retrouver pour passer ensemble un moment convivial, essentiel car permettant de se ressourcer auprès des siens, […]

The post Billets de train pas chers ! appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Les périodes de vacances sont vectrices de rassemblements. Ce sont des occasions qui permettent, à toutes les familles et aux amis qui ne se sont pas vus tout au long de l’année ou depuis bien plus longtemps, de se retrouver pour passer ensemble un moment convivial, essentiel car permettant de se ressourcer auprès des siens, pour ré-affronter plus tard le quotidien dans la bonne humeur et la sérénité. Pour permettre ces rassemblements de masse sur une période très courte, tous les transports sont sollicités : le réseau routier bien évidemment avec son déluge de « bouchons » bien connu (et vécu par tous), le réseau fluvial, le réseau aérien et pour finir, le réseau ferroviaire.

Dans cet article, je vous propose de nous intéresser plus particulièrement à ce dernier type de transport, le train, et de zoomer sur les opportunités qui peuvent soulager les dépenses engendrées par ce transport, dont les tarifs demeurent toujours exorbitants.  Des bons plans sur les billets de train de la SNCF, la Société National des Chemins de Fer, existent, mais encore faut-il savoir où chercher…

Un peu d’Histoire pour comprendre

La Société Nationale des Chemins de Fer français (SNCF) est l’entreprise ferroviaire publique française créée en 1937. La SNCF est notamment présente dans les domaines du transport de voyageurs, du transport de marchandises et réalise la gestion, l’exploitation et la maintenance du réseau ferré national pour le compte de RFF.

Le Réseau Ferré de France (RFF) est le principal gestionnaire d’infrastructure ferroviaire en France. Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) de l’État français, il est chargé de l’aménagement, du développement, de la cohérence et de la mise en valeur du réseau ferré national. Créé en 1997 par scission de la SNCF dont il est depuis indépendant, il est sous la tutelle de l’État, exercée par la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

billet de train pas cher

Les billets et les utilisateurs de la filiale/entité SNCF train aujourd’hui

Qui ne sait jamais « énervé » face à un train qui n’arrive pas, vécu des attentes interminables devant le panneau d’affichage, supporté tant bien que mal les retards de train qui viennent s’ajouter alors à la cohue inévitable et disons le, fatigante, après une journée tout aussi épuisante… Il n’est jamais très appréciable de se retrouver dans les halls de gare surpeuplés, en fin de journée ou lors de départs nombreux comme en périodes de vacances…

On constate souvent dans les médias l’annonce désormais « habituelle » de l’augmentation des prix des billets de train de la SNCF. L’exaspération des utilisateurs s’intensifie alors encore davantage, ces augmentations n’engendrant pas d’amélioration significative des services proposés par l’entreprise, les retards fréquents voire quotidiens étant toujours bel et bien d’actualité, les grèves quelque peu « routinières » à la longue ! Les aléas sont bien sûr inévitables et compréhensibles (on ne peut faire fonctionner « une machine » sans rencontrer de problèmes techniques, cela va de soi), mais lorsque les désagréments constatés touchent l’ensemble des régions et villes de France, on se dit que la machine nécessiterait quelques ajustements indispensables… Lorsque l’on possède le monopole de son domaine, il s’agirait quand même de faire en sorte de proposer une qualité de services à la hauteur de ce monopole justement, ce qui justifierait alors, un tant soit peu, les augmentations continuelles.

Pour « s’armer » littéralement devant ces difficultés liées au transport ferroviaire français actuel, il devient nécessaire pour l’utilisateur (qui n’a pas d’autre choix que de s’accommoder), de « prendre les devants » en prévoyant ses déplacements via des sites, par exemple, qui peuvent l’aider dans ses préparations. Le blog SNCFvamtuer informe les utilisateurs sur les retards, les nouveaux horaires, les grèves…, afin de parer au mieux aux imprévus et changements. Un sondage de l’association des consommateurs « Que Choisir » nous révèle que 82% des utilisateurs de la SNCF estiment/pensent que le tarif est trop élevé !

La future concurrence pour favoriser les billets de train pas chers ?

Parce que monopole il y a, l’utilisateur n’a pas d’autre choix que de se plier et subir les aléas et déconvenues.  En 2019, cette « fatalité » risque fort de s’atténuer quelque peu, puisque l’ouverture à la concurrence est annoncée. Dans le cas précis du transport ferroviaire, on ne peut que souhaiter que cette concurrence permette une amélioration significative des services actuellement proposés, et bien sûr, des prix proposés ! Le choix potentiel peut en tout cas rende accessible une nouvelle façon de voyager en train, favorisant, qui plus est, l’utilisation de ce type de transport encore et toujours davantage.

+50% des voyageurs veulent l’ouverture à la concurrence selon l’association « Que Choisir » !

En attendant la concurrence, où trouver des billets de train pas chers ?

Tout d’abord, iGraal est un site qui propose des réductions dont le transport en train en cashback, pour tout achat sur Internet.

Consciente de la demande des voyageurs voulant payer moins chers leurs déplacements en train, la SNCF a lancé son TGV Low cost, appelé OUIGO. Les prix relatifs à ce TGV sont effectivement plus avantageux mais ce dernier ne circule pas partout et ne dessert pas toutes les destinations espérées.

Pour réserver son billet de train sur Internet, l’utilisateur a recourt à l’agence de voyage de la SNCF, dont le site est Voyages-sncf.com. Mais une autre agence de voyage, Capitainetrain.com, spécialisée elle aussi dans l’offre promotionnelle relative aux déplacements en train, est de plus en plus sollicitée sur le Net. De ce fait, elle vient concurrencer directement l’entité première.

Il ne faut pas négliger également la revente de billets de train entre particuliers, qui permet de ne pas perdre la totalité de l’argent dépensé dans ceux-ci et de ne pas se retrouver avec un billet sur les bras « pour rien ». Différents sites, tels que Kelbillets, Ze pass ou encore Troc des trains, sont dédiés à cette pratique.

 Conclusion

Le transport en train pourrait être plébiscité bien davantage si les déplacements ferroviaires étaient plus abordables financièrement parlant. En effet, outre le coût financier qu’il suppose actuellement et de façon moindre, le train est un moyen de transport qui engendre moins de fatigue que la route par exemple, puisque la concentration de l’utilisateur n’est pas sollicitée.

Pour parer à cette contrainte financière, surtout lorsque celle-ci est inévitable (le train doit être pris, cher ou pas), il est toujours intéressant de connaître les solutions possibles pour minimiser les dépenses, l’économie peut d’autant plus être importante.

Et vous, êtes-vous un(e) utilisateur(trice) du transport ferroviaire ? Dans ce cas, comment procédez-vous pour acheter votre billet ? N’hésitez pas à nous faire part de votre avis sur le sujet abordé.

The post Billets de train pas chers ! appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/billets-de-train-pas-cher/feed/ 7
Rachat de crédit immobilier, mon expérience personnelle http://www.economiseretinvestir.com/rachat-credit-immobilier-experience-personnelle/ http://www.economiseretinvestir.com/rachat-credit-immobilier-experience-personnelle/#comments Thu, 20 Nov 2014 14:21:45 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=4001 Le thème de ce nouvel article est le rachat de crédit immobilier. De par mon expérience personnelle et en me servant de ma propre démarche, je vais, après vous en avoir défini les termes, vous expliquer comment je m’y suis pris pour effectuer mon rachat de crédit immobilier. Qu’est-ce qu’un rachat de crédit immobilier ? […]

The post Rachat de crédit immobilier, mon expérience personnelle appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Le thème de ce nouvel article est le rachat de crédit immobilier. De par mon expérience personnelle et en me servant de ma propre démarche, je vais, après vous en avoir défini les termes, vous expliquer comment je m’y suis pris pour effectuer mon rachat de crédit immobilier.

Qu’est-ce qu’un rachat de crédit immobilier ?

L’objectif de la renégociation ou du rachat de crédit immobilier, est tout simplement de gagner considérablement sur les conditions de votre crédit initialement signé. Pour engager ce rachat de crédit, il faut que les taux auxquels vous avez souscrit votre crédit immobilier, soient les plus élevés possibles par rapport à ceux actuellement proposés sur le marché, qui ne sont, par ailleurs, jamais descendus aussi bas ! Il s’agit donc de gagner de l’argent !

Ma démarche personnelle pour effectuer mon rachat de crédit immobilier.

Lors de l’acquisition de mon investissement locatif en février 2013 dernier, les taux étaient relativement plus hauts que ceux actuels.

Taux février 2013 taux 3,7 % sur 20 ans.

Taux octobre 2014 taux 2,6 % sur 20 ans.

Pour engager un rachat de crédit immobilier qui soit intéressant, il est nécessaire : de vérifier la baisse des taux du marché (cela va sans dire) et de s’assurer qu’il y ait au moins 1% (en moins bien sûr) de différence entre son taux initial et le taux actuel. A ces conditions, le rachat de crédit peut être envisagé, posé à la réflexion.

Comme la comparaison des taux ci-dessus le prouve, dans ma situation, le rachat de crédit immobilier peut s’avérer judicieux. J’ai donc décidé de rencontrer un courtier pour établir toutes les possibilités qui s’offraient à moi. Comme je l’ai déjà expliqué dans un autre article, il est essentiel de proposer un dossier structuré, organisé, composé de toutes les pièces justificatives nécessaires à son élaboration. Je me suis donc présenté à mon courtier avec un dossier au combien complet, ce qui a, d’ailleurs, un peu surpris mon interlocuteur (dans le bon sens du terme), au vu de sa réaction une fois mon dossier posé sur la table ! De ce fait, avant même que ne débute mon entrevue avec lui, je savais « marquer d’ores et déjà des points », sa réaction me l’attestant.

La maîtrise personnelle de son dossier (dans lequel, encore une fois, il ne manque pas une pièce justificative ; ce qui était mon cas), vous permettra de prouver votre fiabilité auprès du professionnel-interlocuteur. Il s’agit de « faire bonne impression », afin que votre dossier soit dès lors pris au sérieux, sans que cela ne vous coûte (si ne n’est votre temps, nécessaire à la constitution de votre dossier, un temps qui bien souvent, peut vous faire gagner de l’argent !).

rachat de crédit immobilier

Avant même la prise de contact avec mon courtier, j’ai établi mes critères et objectifs actuels, c’est-à-dire, déterminé les raisons qui me poussaient à entreprendre un rachat de crédit. D’une part, je souhaitais partir de ma banque actuelle car ce n’est pas vraiment « une banque pour les investisseurs » il est vrai. De plus, au-delà même de ce point « technique », nous n’entretenons pas avec mon ancienne conseillère une relation des plus plaisantes, ce qui me dérange je dois dire particulièrement, étant quelqu’un qui apprécie créer des relations, y compris professionnelles, basées sur la communication franche et directe, constructive et dynamique. D’autre part, il m’importait de gagner en temps du prêt et/ou en montant de mes mensualités, mais surtout, de faire en sorte que tout soit pris en compte dans ce nouveau crédit, qu’il s’agisse des frais de courtier, des Indemnités Remboursement Anticipé (IRA)…

Un rachat de crédit immobilier peut donc vous permettre « d’être gagnant », bien qu’il ne faille pas oublier les frais engendrés par cette démarche (frais de dossier, frais de courtier, IRA si non négociées lors de la signature du crédit immobilier initial, entre autres). Ces différents frais peuvent être pris en charge par ce rachat de crédit immobilier mais viendront « grignoter » un temps soit peu le bénéfice du « meilleur » taux obtenu.

Le résultat de ma démarche de rachat de crédit immobilier.

Le 31 octobre dernier, un rendez-vous « bilan » a été fixé avec mon courtier. L’offre proposée par mon courtier, qui me correspond le mieux, m’amène à conserver la même mensualité (à quelques euros près) mais me permet de gagner plus d’1 ans sur mon prêt actuel avec un taux de 2,3%. Tous les frais évoqués plus haut sont pris en compte. Dans le futur prêt, les indemnités de remboursement anticipé ont déjà été évoquées. Par défaut ces frais s’élèvent à  3%. Dans mon cas, avec cette offre, ils ne s’élèveraient plus qu’à 1%. De plus, la banque évoquée est une entité bancaire qui est « plus favorable aux investisseurs » pour financer des projet à hauteur de 110%…, ce qui équivaut au prix du logement plus les frais de notaire…

En prenant en compte, les frais de courtier de 600 €, les IRA s’élevant à 1600 € au maximum (6 mois d’intérêts), les frais de dossier du futur rachat de crédit immobilier de 450€, malgré l’ensemble de ces charges, je vais tout de même gagner plus de 10.000 € en faisant ce choix !

Conclusion

Ne négligez pas la renégociation ou le rachat de vote crédit immobilier ! Cette démarche peut vous faire gagner une somme d’argent non négligeable, vous permettant d’anticiper au mieux votre crédit sur le long terme.

Pensez à utiliser un courtier. Ce dernier vous fera gagner un temps précieux et, vous ne payerez les frais de recherche que SI vous signez une proposition. Veillez également à suivre les taux du marché actuel afin de les comparer à vos taux obtenus, pour attester ou non de la nécessité du rachat de crédit.

En toute logique, la renégociation ou le rachat de crédit immobilier est plus rentable si vous avez êtes au début de votre durée de remboursement de prêt. De plus, pour une meilleure optimisation, il est préférable d’avoir encore plusieurs dizaines de milliers d’euros à rembourser… Aussi, assurez vous de répondre à ces deux conditions avant d’entreprendre votre démarche.

Si vous êtes actuellement dans cette situation du rachat de crédit immobilier, profitez dès maintenant des taux bas du marché et contactez votre banquier, d’autres banques ou un courtier, afin d’engendrer des économies par la (re)gestion de votre crédit initialement contracté. 😉

Si vous avez déjà réalisé votre rachat de crédit immobilier, n’hésitez pas à partager votre expérience sur le sujet. 😉

The post Rachat de crédit immobilier, mon expérience personnelle appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/rachat-credit-immobilier-experience-personnelle/feed/ 6
Un crédit renouvelable, c’est quoi ? http://www.economiseretinvestir.com/un-credit-renouvelable-cest/ http://www.economiseretinvestir.com/un-credit-renouvelable-cest/#comments Thu, 15 May 2014 07:56:26 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3872 Le crédit renouvelable est le nom juridique donné à un crédit permanent s’apparentant à « une réserve d’argent », utilisé et remboursable par le consommateur-utilisateur. Ce crédit est souvent appelé aussi « crédit revolving », « crédit permanent » ou tout simplement « réserve d’argent »… Ce produit s’avère particulièrement utilisé de nos jours ; pour beaucoup, il est devenu un mode de […]

The post Un crédit renouvelable, c’est quoi ? appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Le crédit renouvelable est le nom juridique donné à un crédit permanent s’apparentant à « une réserve d’argent », crédit renouvelableutilisé et remboursable par le consommateur-utilisateur. Ce crédit est souvent appelé aussi « crédit revolving », « crédit permanent » ou tout simplement « réserve d’argent »…

Ce produit s’avère particulièrement utilisé de nos jours ; pour beaucoup, il est devenu un mode de paiement à part entière. Aussi, il s’agit dans cet article, d’expliquer son utilisation et les conditions de cette dernière, en veillant à pointer les obligations concernant le consommateur, le crédit renouvelable étant porteur de conditions comme tout crédit quel qu’il soit.

Crédit renouvelable… ?

Le crédit renouvelable fait partie de la catégorie des crédits à la consommation, mais il est beaucoup « plus souple ».

Le consommateur demande à un organisme-prêteur de lui mettre à disposition une somme d’argent qu’il pourra utiliser partiellement ou totalement pour réaliser ses achats divers. Le consommateur s’engage en contrepartie, à rembourser la somme d’argent utilisée. A tout moment, il peut réutiliser cette réserve d’argent à la condition de ne pas dépasser le montant autorisé à l’origine de ce crédit renouvelable. Dans la plupart des cas, un crédit renouvelable est utilisé via une carte de crédit ou de fidélité.

Les lois encadrant les crédits renouvelables

  • La loi n°2010-737 portant réforme du crédit à la consommation, dite loi Lagarde (1er juillet 2010), a profondément modifié les pratiques (raccourcissement de la durée des crédits, choix entre crédit renouvelable et crédit amortissable, absence d’avantage commercial lié à la souscription d’un crédit, prévention du surendettement, interdiction de la publicité trompeuse etc.). Par exemple, concernant la durée de remboursement du crédit, il ne peut pas dépasser : 36 mois si le montant total du crédit est inférieur ou égal à 3 000 €, 60 mois si le montant total du crédit est supérieur à 3 000 €.
  • L’adoption de la loi Chatel (20 janvier 2005), sert notamment à prévenir les cas de surendettement. A tout moment, le consommateur pourra demander la réduction de sa réserve de crédit, la suspension de son utilisation ou la résiliation du contrat. Toute augmentation du crédit consenti, fera l’objet d’une offre préalable de l’établissement financier. Si la réserve et les moyens de paiement assortis ne sont pas utilisés durant trois ans consécutifs, la reconduction du contrat devra être confirmée par l’emprunteur.

Rester tout de même vigilant avec ces crédits renouvelables

Un crédit renouvelable reste un crédit à la consommation. Souscrit avec des taux souvent très élevés, ce système de crédit renouvelable ne doit donc pas être envisagé à la légère.

Il existe plusieurs acteurs sur le marché qui proposent des crédits renouvelables,  par exemple « Cofidis« . Tous les prestataires de crédit renouvelable ont des conditions et surtout des taux TAEG (Taux Annuel Effectif Global) différents, deux éléments essentiels à comparer lorsqu’on contracte ce produit, comme beaucoup d’autres. Une autre information, les assurances  « couvrant » un crédit renouvelable sont facultatives, ce produit faisant partie de la gamme des crédits à la consommation.

Face à tout crédit, spécifiquement crédit à la consommation, il est primordial de veiller à une compréhension limpide du produit envisagé, à sa capacité à rembourser ce crédit dans les temps impartis (avant même de s’engager, on anticipe), au motif du crédit souscrit (la contrainte d’un crédit doit se justifier et se décider à bon escient).

Conclusion

Un crédit renouvelable doit principalement être utilisé pour anticiper un imprévu, si malheureusement on ne possède pas d’épargne de précaution personnelle.

La souscription d’un crédit doit scrupuleusement être étudiée en amont. Un crédit doit être une aide ponctuelle, non une contrainte finale qui augmente ses difficultés premières. « Sortir la tête de l’eau » n’en devient qu’encore plus complexe dans ce cas.

The post Un crédit renouvelable, c’est quoi ? appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/un-credit-renouvelable-cest/feed/ 7
Cashback, c’est quoi ? http://www.economiseretinvestir.com/cashback-cest-quoi/ http://www.economiseretinvestir.com/cashback-cest-quoi/#comments Thu, 27 Mar 2014 14:32:42 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3611 Voici cette semaine, un article sur un « concept » particulièrement intéressant et bénéfique pour les amateurs d’achats réguliers sur Internet, le  cashback. Je ne parlerai pas du film de Sean Ellis Cashback :), je préfère évoquer ce sujet dans sa théorie et pratique, sujet qui est directement en lien avec ma thématique « budget au quotidien », puisque […]

The post Cashback, c’est quoi ? appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Voici cette semaine, un article sur un « concept » particulièrement intéressant et bénéfique pour les amateurs d’achats réguliers sur Internet, le  cashback. Je ne parlerai pas du film de Sean Ellis Cashback :), je préfère évoquer ce sujet dans sa théorie et pratique, sujet qui est directement en lien avec ma thématique « budget au quotidien », puisque le cashbach peut s’avérer être un « bon plan ».

Le cashback peut être associé à un mode d’achat particulier sur Internet, grâce auquel on peut gagner de l’argent, en faisant justement et précisément ses achats sur Internet.

Cashback, définition :

Le terme Cash Back, souvent écrit en un seul mot cashback, signifie « remise en argent ». Il désigne aujourd’hui les réductions proposées en ligne chez des marchands partenaires, via l’affiliation. Cette réduction est appliquée après l’achat, avec un remboursement effectué au consommateur, généralement sur un compte en ligne sur le site de cashback. Ce phénomène tend de plus en plus à se développer grâce à l’explosion du commerce en ligne. Source Wikipédia

Comment fonctionne le cashback ?

Puisqu’il s’agit d’acheter en ligne, il est nécessaire d’avoir pour ce faire un ordinateur, une connexion Internet et un produit à acheter bien sûr.  N’importe quel internaute peut bénéficier du cashback.

Il existe plusieurs sites de cashback où vous pouvez vous inscrire pour bénéficier de ce service (l’inscription étant obligatoire). Chaque site de cashback a des partenariats avec des sites marchands comme par exemple, la Redoute, Amazon, Nocibé, Oscaro… Chaque site marchand propose ses propres pourcentages de remise et ses bons de réduction. 

Une fois inscrit et choisi le marchand où l’on souhaite réaliser son achat, il faudra passer sur le site de cashback pour activer le cashback, qui aura pour effet de poser un cookie, afin de retracer l’achat effectué  (et donc de valider le cashback, le gain acquis par la suite). Après la validation de l’achat par le marchand, l’acheteur-internaute recevra un pourcentage, qui peut être de 1 à 50% du prix hors taxes de sa commande, sur son compte du site de cashback.

Le cashback, simple, rapide et gratuit !

Voici la démarche à suivre par étapes, expliquée à travers un schéma :

schéma explicatif cashback

  1. Créer son compte virtuel sur Igraal ou Poulpéo en 5 secondes !
  2. Cibler l’achat.
  3. Avant chaque achat, activer son cashback sur le site. Pour se faciliter la vie et éviter de repasser par le site pour effectuer chacun de ses achats, ou pour éviter l’oubli de l’activation du cashback lors d’un achat, Igraal (un des sites de cashback possibles), propose l’installation d’une barre dans son navigateur, qui signalera tout achat réalisé sur un site partenaire. Il suffira alors de cliquer sur la barre pour activer le cashback. De plus, Igraal offre 1 euro pour l’installation de cette barre, symbolique mais toujours un petit bénéfice en plus quand même !
  4. Commission perçue : le site marchand reverse une commission à l’acheteur.
  5. Cumuler des euros à chaque achat.
  6. Dès 15€-20€ de cashback cumulés, cette somme est perçue par l’internaute.

Le cashback est donc un bon moyen pour récupérer une certaine partie de la somme d’argent déboursée au départ. Le gain perçu dépendra bien sûr de la somme initialement versée (plus l’achat est important, plus le pourcentage reçu l’est aussi). Néanmoins, même le pourcentage le plus minimal regagné sur une commande passée, sera toujours plus avantageux qu’une commande passée sans aucun « retour de gain », ce qui est habituellement le cas au quotidien ! Le cashback est donc indiscutablement « un plus » dans la démarche du consommateur en ligne.

Le cashback et le parrainage.

Moi-même inscrit sur deux sites de cashback que je considère comme les plus attractifs dans ce domaine, Igraal et  Poulpéo , je peux, si vous souhaitez faire de même, vous parrainer. Lors de votre inscription, ces deux sites vous offrent 3 € en guise de bienvenue ! Le parrainage n’a aucune influence sur vos futures réductions, mais il permet de faire « gagner » un petit quelque chose sur vos achats au parrain. Aussi, je vous remercie d’avance pour tout parrainage que vous ferez par mon intermédiaire, ce petit quelque chose étant toujours « un quelque chose » pour moi. 😉

Si vous avez des questions ou souhaitez réagir à cet article, vous pouvez utiliser l’espace dédié aux commentaires ci-dessous.

The post Cashback, c’est quoi ? appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/cashback-cest-quoi/feed/ 6
Economiser et Investir passe à la TV http://www.economiseretinvestir.com/economiser-et-investir-passe-la-tv/ http://www.economiseretinvestir.com/economiser-et-investir-passe-la-tv/#comments Thu, 20 Mar 2014 14:14:04 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3444 Début janvier, une équipe de journalistes est venue me filmer afin de réaliser un documentaire pour la chaîne France 5, intitulé Comparer, négocier, couponner : comment payer moins cher ?, dont la diffusion est prévue le dimanche 23 mars dans l’émission « Doc du dimanche » à 20h35. Il était une fois, une journée de novembre… Un […]

The post Economiser et Investir passe à la TV appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Début janvier, une équipe de journalistes est venue me filmer afin de réaliser un documentaire pour la chaîne France 5, intitulé Comparer, négocier, couponner : comment payer moins cher ?, dont la diffusion est prévue le dimanche 23 mars dans l’émission « Doc du dimanche » à 20h35.france 5 Economiser et investir

Il était une fois, une journée de novembre… Un journaliste recherchait des personnes à interviewer pour réaliser un reportage sur la thématique de l’achat, centré sur la négociation, la comparaison, les réductions relatives aux courses du quotidien. Pour faire ses recherches, ce journaliste utilisa un célèbre moteur de recherche du Net et arriva sur le blog, Economiser et investir, plus précisément sur l’article « Comment négocier ». Il contacta directement l’auteur de ce blog en question (Mouâ :)) et lui parla de ce reportage-télé. Après échanges divers par mail/tel, le blogueur est retenu, son passage dans le reportage concernera la comparaison, « comment effectuer ses achats du quotidien en utilisant la comparaison dans le but « d’économiser » »… Une petite mais belle aventure commence alors…

Pour être plus précis, ce n’est pas exactement mon blog qui passe à la télé, mais son auteur, moi-même. En effet, malgré une demande de ma part de mentionner le nom de mon blog à l’antenne (même à la fin pendant « le défilé » des remerciements), la chaîne a refusé de l’évoquer. Même si le journaliste en fut désolé pour moi, et qu’effectivement cela soit dommage, je suis ravi d’avoir participé avec mon amie à une journée de « tournage » :), c’était à la fois très intéressant et très amusant…

La thématique du reportage autour de l’argent et mon interview concernant la comparaison faite pour effectuer ses courses du quotidien (quelque soit le produit visé à l’achat), s’intègrent parfaitement à la thématique et aux sujets évoqués sur mon blog. C’est pourquoi, je souhaitais vous parler de ce passage télévisé, car il complète les aides et conseils que je m’efforce de donner sur mon blog. Par ailleurs, cette information change un peu de mes articles habituels et du support numérique de ces derniers… ; pour une fois, en effet, mon article est directement projeté sur votre écran de télévision ;). De par mon expérience évoquée dans le reportage, je conseille et oriente quelque peu le téléspectateur sur les solutions possibles à suivre pour mieux consommer, pour consommer malin, en visant l’économie dans la démarche de son achat (d’un même achat comparé).

J’espère que ma prestation ne sera pas trop lamentable :), et que le reportage et mon discours seront compréhensibles par tous…

Non loin de moi l’envie de devenir présomptueux, mais simplement, les diverses discussions engagées avec les journalistes en présence et leurs avis sur mon discours général, ont été clairement bénéfiques pour moi, car la considération de mes propos démontre alors une certaine crédibilité de ma part, ce dont je ne peux que me réjouir… Je mets un point d’honneur à proposer des sujets en étant le plus fiable possible (aidé de mes connaissances sur ces sujets il en va de soi) ; aussi, il est toujours satisfaisant d’être écouté et considéré dans son propos car, indirectement, mon blog en devient alors plus sérieux et plausible.

Que pensez-vous de ma petite aventure ? Auriez-vous accepté ce reportage ?

The post Economiser et Investir passe à la TV appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/economiser-et-investir-passe-la-tv/feed/ 12
Mentors : de la connaissance à l’échange http://www.economiseretinvestir.com/mentors-connaissances-et-echanges/ http://www.economiseretinvestir.com/mentors-connaissances-et-echanges/#comments Thu, 13 Mar 2014 13:36:14 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3731 Souvent sans nous en rendre compte, nous construisons, par le biais de la communication et des échanges, des relations qui sont importantes, voire primordiales car elles deviennent sources de développement. Elles constituent une richesse qui construit l’individualité, l’individu que nous sommes. Parmi ces relations développées, certaines se montrent plus captivantes et attrayantes car elles stimulent, […]

The post Mentors : de la connaissance à l’échange appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Souvent sans nous en rendre compte, nous construisons, par le biais de la communication et des échanges, des relations qui sont importantes, voire primordiales car elles deviennent sources de développement. Elles constituent une richesse qui construit l’individualité, l’individu que nous sommes. Parmi ces relations développées, certaines se montrent plus captivantes et attrayantes car elles stimulent, favorisent l’enrichissement continu, amenant alors à la construction de modèles (figures référentes) qui peuvent s’apparenter et devenir de véritables mentors, directs ou indirects…

Un mentor… ?

Un mentor est une personne (ou un support non animé) qui apporte la connaissance, dans un domaine quelconque. Toute discussion menée alimente l’apport de connaissances et aboutit à la construction de l’individu, au développement d’acquis initialement inconnus, ou vient en ajuster la pensée. Toute personne présente des connaissances particulières dans un domaine donné, et va de ce fait, enrichir son récepteur de ses ressources personnelles et individuelles.

Le professeur, le conseiller expérimenté dans son domaine, sont des figures emblématiques et symboliques de la transmission du savoir… Néanmoins, la notion même de mentor peut renvoyer à tout individu apportant une connaissance quelconque à autrui, du moment que l’échange est engagé, mutuel, réciproque. De ce fait, nous avons tous des mentors et nous sommes tous le mentor de quelqu’un, consciemment ou non (souvent inconsciemment d’ailleurs).

Mentors : transmettre ses connaissances

Mentor : « Guide attentif et sage, conseiller expérimenté » Source Dictionnaire Larousse.

Par définition, le mentor est celui qui possède la connaissance, l’expérience de…, et qui, par l’échange et la mutualisation, va enrichir l’autre de cette connaissance ou de cette expérience, et ainsi va le guider dans sa réflexion première, qui peut alors être modifiée, être amenée à évoluer.

D’une manière générale, cette notion de mentor renvoie davantage à une transmission quelque peu « élaborée »/ »construite » de la connaissance/d’un savoir, qu’à une aide apportée ponctuellement, sans réel impact sur la durée (en indiquant à Monsieur X où se trouve la boulangerie, je n’en deviens pas pour autant son mentor, même si mon aide fut appréciable pour lui à cet instant T). Aussi, le mentor apporte plus spécifiquement une connaissance dont l’impact se traduira sur le long terme, ou du moins, dont l’utilité servira la construction individuelle sur l’instant et dans la durée.

Un mentor peut être une personne physique (une personne à part entière) mais également un outil, un support grâce auquel on obtient la connaissance comme par exemple un livre ou un ouvrage, qui servira de référence dans le domaine choisi, que l’on souhaite étudier, ou de ressource et de guide pour entreprendre. Au quotidien, il est essentiel de s’entourer de mentors, de se référer à toute personne qui prendra cette forme, car ils s’avèrent particulièrement importants pour mener à bien un projet, pour s’assurer de sa réussite. Attention toutefois à ne pas confondre mentor et coach qui sont là deux « accompagnateurs » à l’objectif bien distinct. Pour le coach, la visée est à la fois d’apporter une connaissance précise mais également d’accompagner l’individu dans la mise en œuvre de cette connaissance (« je te dis quoi faire, comment le faire, je t’accompagne dans sa réalisation concrète »). A contrario, le mentor exprime sa connaissance, son expérience ou son vécu relatifs à un sujet précis, sans pour autant participer obligatoirement à la conception du projet du récepteur par exemple. Certes, il apporte une donnée inconnue et guide dans la création, mais il n’a pas pour objectif de « faire à la place de » ou « de faire avec », il aide, conseille et indique uniquement.

Où trouver ses mentors ?

C’est à travers l’échange, celui du quotidien, partagé avec son entourage proche, ses collègues de travail, mais aussi avec de nouvelles rencontres, que l’on trouve son ou ses mentors… Les échanges ont une force insoupçonnée puisqu’ils constituent la source majeure pour la rencontre de mentors, qui jouent et/ou joueront un rôle élémentaire dans l’apport de connaissances, assurant ainsi la construction personnelle, immédiate et/ou future. De ce fait, il s’agit de ne pas les négliger, tout échange d’expériences est enrichissant, stimulant, il favorise l’ouverture d’esprit, apporte des idées nouvelles qui serviront ses propres intérêts et projets divers, il permet de confirmer des pensées ou au contraire de les nuancer, voire de les modifier totalement. De plus, l’échange renforce la sociabilité, la mutualisation des points de vue, de pensées variées, hétérogènes et contradictoires aussi, donne à l’individu la capacité de communiquer de manière plus fluide, plus vive, le rend plus à l’aise face à ses positions et opinions.

Les sujets divers abordés à travers l’échange, permettent aux différents acteurs en présence de forger leur personnalité, soit par le rapprochement des idées émises, soit par la contradiction des propos défendus. Dans tous les cas, chacun trouvera une personne répondant davantage à ses demandes ou attentes premières, faisant alors émerger le mentor potentiel. L’individu se construit dans la mutualisation et, surtout, dans la divergence des idées. Certains sujets apparaissent plus difficiles à aborder que d’autres, et peuvent se définir alors comme des « sujets tabous ». Par exemple, parler d’argent apparaît souvent délicat, et ce même auprès de son entourage proche. Pour beaucoup, une certaine gêne émerge de ce type de sujet, alors que la thématique de l’argent, complexe au possible, mériterait justement que l’on y porte une attention collective. Soit par jalousie, convoitise, honte ou déception, on refuse l’évocation de ses revenus par exemple, en oubliant que, peut être, l’échange permettrait de déjouer les idées fausses, et favoriserait au contraire l’estime et la confiance en soi. Communiquer avec son ami, son collègue de travail, son voisin…, peut s’avérer bénéfique pour prendre connaissance des bonnes opportunités, des « bons plans » pour mieux consommer, mieux gérer son argent, investir…

Les mentors sont partout…mentor

Personnellement, grâce à l’activité de mon blog, j’ai fait des rencontres (physiques mais aussi indirectes à travers des ouvrages divers les concernant) de personnes qui ont contribué à rendre mon expérience plus riche et sensée. De par leurs connaissances du milieu du blog qui m’était jusqu’alors inconnu, leurs aides et conseils, j’ai pu mener à bien la création de mon blog, qui n’aurait pu aboutir positivement et judicieusement sans tout cet apport extérieur. Ces personnes et les divers outils nécessaires à cette création, ont bel et bien joué le rôle de mentors pour moi, puisque j’ignorais totalement comment m’y prendre à l’époque et ne possédais pas les connaissances nécessaires pour « me lancer », mes acquis actuels résultant directement des consultations diverses réalisées (personnes, ouvrages…). Grâce aux partages et aux échanges menés avec certains blogueurs avisés, présentant de réelles et pertinentes connaissances relatives à la blogosphère, j’ai pu à mon tour créer mon blog, finalement sous la tutelle directe ou indirecte de mes mentors.

L’été dernier, j’ai lié travail, vacances et rencontre entre blogueurs, ce qui m’a permis de ce fait, de partager un moment différent avec mes collèges, autre qu’exclusivement professionnel, et en parallèle, de découvrir « de vive vue » des blogueurs avec qui les échanges étaient jusque là uniquement informatisés. En effet, J’ai effectué  un voyage d’affaires à Angers, avec plusieurs collègues, où nous devions assister à diverses conférences relatives à mon domaine de travail. Séjournant tous ensemble dans un hôtel Accor Business, l’environnement et l’ambiance générale ont encouragé l’évocation de sujets qui n’auraient sans doute jamais été engagés dans le cadre professionnel quotidien. Ces quelques jours passés ont favorisé la connaissance plus personnelle et moins professionnelle des uns et des autres, stimulant positivement les échanges et discussions. Profitant de mon séjour, j’ai rencontré Julien, de Parking Garage, à Angers, et Maxime, de Qualité relationnelle, à Nantes, et ce avec un grand plaisir. C’était appréciable de rencontrer physiquement des personnalités évoluant habituellement sur le Net, qui plus est dans un domaine qui me concerne, ces opportunités étant généralement rares. Nous avons mutualisé nos expériences relatives au blog, exposé nos points de vue sur nos business respectifs, un échange intéressant et constructif pour les poursuivre au mieux… Ne connaissant pas la ville de Nantes, j’ai profité de mon séjour pour la visiter…, une ville fort sympathique qui plus est. Ce séjour m’a donc permis d’allier mon travail (l’obligation), à l’utile et l’agréable (rencontre de blogueurs, visite de Nantes).

Conclusion

Pour mener à bien mes projets, favoriser au mieux leur évolution et leur réussite, il me faut obtenir les ressources et connaissances nécessaires pour ce faire. Toute personne, tout support permettant l’acquisition de connaissances nécessaires à leur développement, devient un mentor, un guide, orientant à la fois les recherches à mener et la direction à suivre.   Dans mon exemple ci-dessus donné, les mentors rencontrés furent multiples : les conférenciers (mentors prévisibles) m’ont apporté des informations sur des domaines technique liés à mon travail, les blogueurs (mentors avérés) m’ont conseillé sur le futur de mon Blog Économiser et Investir, et mes collègues (mentors insoupçonnés) ont partagé leurs points de vue sur des sujets non encore évoqués ensemble.

Face à mes questions et demandes, pour construire mes projets…, je suis à la recherche perpétuelle de connaissances pour pouvoir avancer… Je ne peux donc me passer de mentors, je ne peux donc arrêter d’échanger…

Et vous, avez-vous des mentors ? Comment les avez-vous trouvés/rencontrés ?

The post Mentors : de la connaissance à l’échange appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/mentors-connaissances-et-echanges/feed/ 4
Diversification des revenus, bilan financier personnel http://www.economiseretinvestir.com/diversification-des-revenus-bilan-financier/ http://www.economiseretinvestir.com/diversification-des-revenus-bilan-financier/#comments Thu, 30 Jan 2014 08:58:27 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3184 Au mois de janvier, des « gains » financiers, appelés intérêts,  sont généralement perçus par toute personne ayant souscrit un livret d’épargne réglementée type Livret A. Pour chaque livret souscrit, le particulier reçoit donc des intérêts. Intérêts=gains supplémentaires, mais est-ce vraiment le cas ? Pour expliquer ce point, je partirai de mon expérience personnelle afin d’être le […]

The post Diversification des revenus, bilan financier personnel appeared first on Economiser et Investir.

]]>
Au mois de janvier, des « gains » financiers, appelés intérêts,  sont généralement perçus par toute personne ayant souscrit un livret d’épargne réglementée type Livret A. Pour chaque livret souscrit, le particulier reçoit donc des intérêts.

Intérêts=gains supplémentaires, mais est-ce vraiment le cas ?

Pour expliquer ce point, je partirai de mon expérience personnelle afin d’être le plus concret et compréhensible possible.

Il y a encore peu de temps, satisfait des revenus supplémentaires que je « gagnais », je faisais le point de mes finances chaque 1er janvier, en listant mes différentes ressources (dont les intérêts) et en les additionnant pour arriver à un total de gains dits supplémentaires.

J’ai mis « gagner » entre guillemets, car malheureusement, avec ce type de placement, nous ne gagnons pas le moindre argent. En effet, notre épargne est finalement « rattrapée » par l’inflation qui noie alors notre petit bénéfice constaté :-(. Par conséquent, sécurité, disponibilité et forte rentabilité semblent difficile à allier dans un tel placement.

Mais alors, comment faire pour gagner des « revenus supplémentaires »?

Par la suite, j’ai décidé d’effectuer ma gestion financière tous les mois, afin d’être « au plus près » des activités engagées et suscitant des revenus ou des dépenses. Je gagne par là-même du temps, puisque je répertorie chacun des revenus engendrés par mois, et ainsi, je n’attends pas le bilan annuel  (il s’agit d’un bref contrôle alors)… Cette gestion désormais mensuelle, me permet aussi de « me stimuler » et de ne plus attendre janvier pour « gagner » quelques euros (intérêts) en plus de mon salaire. Je deviens alors « acteur de mes finances », je compare mes différents contrats en faisant jouer la concurrence sur ce marché, je tente de supprimer les dépenses pouvant être évitées, comme les frais bancaires inutiles… « En étudiant » scrupuleusement mes dépenses, j‘économise des dizaines, voire centaines d’euros par an ;-). Si vous aussi, vous souhaitez effectuer désormais votre bilan mensuellement, vous pouvez consulter cet article « Bilan financier, gérez-vous correctement votre budget ?« . De plus, en vous inscrivant à ma newsletter, votre recevrez un fichier Excel qui vous aidera à faire le point mois par mois.

Les économies engendrées par la gestion de ses dépenses, ne sont pas des revenus supplémentaires proprement dits. Toutefois, elles sont belle et bien de l’argent économisé et donc « conservé » dans son portefeuille ;-). Par conséquent, et de ce fait, l’expression « devenir acteur de ses finances » prend tout son sens, puisque la connaissance de ses entrées et sorties d’argent, constitue la première étape à passer pour optimiser ses finances et ainsi, la deuxième étape pour obtenir des revenus supplémentaires (en somme, de l’argent disponible en plus).

Diversification des revenus : une solution durable

Pour s’assurer une rentabilité plus significative, il apparaît nécessaire aujourd’hui de trouver des solutions qui peuvent la garantir, et ce sur le long terme. Pour ma part, j’ai commencé à diversifier mon argent, car diversifier ses revenus et les sources s’y rapportant, m’apparaît être LA solution pour gagner véritablement de l’argent, mais surtout, pour développer son indépendance financière qui est l’objectif ultime.

J’ai donc « semé des graines » dans différents domaines, et ainsi, pu réaliser un bilan intéressant, pour engager encore et toujours davantage ma motivation, afin de concrétiser et poursuivre dans ma démarche. Je gagne par ailleurs en sécurité, puisque je ne dépends plus d’une seule source pour obtenir un revenu, cette source étant désormais multiple.

« Épargne » : LDD, LA, livret non réglementé.

Immobilier : appartement locatif, en location classique.

Bourse : PEA via les dividendes.

Assurance vie : Une 100% fond en euro et une sur 70% fond en euro avec 30% en action.

Internet : Blog Economiser et Investir.

Si vous souhaitez être parrainé et gagner ainsi une prime de bienvenue, via l’ouverture d’un PEA, d’une assurance vie…, cliquez sur ce lien ICI. Par mon intermédiaire, vous gagnerez cette prime filleul et me permettrez pour ma part, de recevoir une prime parrain. Par conséquent, cette « transaction » de gagnant-gagnant est profitable à la fois pour le filleul et le parrain, puisque chacun obtient de ce fait, un gain non négligeable ;-).

Bilan financier, revenus 2013 

J’ai réalisé un graphique, donné ci-dessous, de tous mes revenus perçus en 2013 et la part en % correspondant à chaque source :

Revenus graphique 2013

La part de chaque source (et donc de chaque revenu), correspond à la somme nette nette, celle du salaire est exprimée après déduction des impôts… Seule la part relative aux dividendes, n’est pas exprimée en net net.

Un graphique étant un support visuel, je peux donc clairement faire quelques remarques. D’une part, je diversifie effectivement mes revenus puisque différentes couleurs apparaissent sur ce camembert, ce dont je me réjouis. D’autre part, je dépends encore largement et beaucoup, beaucoup trop, de mon salaire, puisque celui-ci représente actuellement presque 95% de mes revenus. Je dois donc persévérer (en augmentant la part des autres sources mentionnées par exemple), car mon indépendance financière est encore loin d’être gagnée. 🙂

J’ai soustrait de mon revenu « salaire », l’épargne que j’ai pu mettre de coté en 2013. Les chiffres sont apparus sensiblement les mêmes que pour les années précédentes, car ne gagnant pas des milliers d’euros via mon salaire, la situation reste donc la même. Aussi, mon épargne reste elle-aussi globalement la même d’un mois sur l’autre.

Afin de dynamiser la diversification de mes revenus, je dois faire évoluer la part des revenus obtenus grâce aux autres sources indiquées sur le graphique. En d’autres termes, mes revenus passifs doivent augmenter et obtenir une place plus importante qu’aujourd’hui, par rapport à mon salaire.

Conclusion 

Pour tout investisseur, l’objectif visé est d’arriver à une indépendance financière. Pour l’atteindre, diversifier ses revenus apparaît être la solution à suivre et adopter. Pour autant, parvenir à son indépendance financière n’est pas chose facile, et il ne s’agit pas d’investir dans tout et n’importe quoi. Réflexion et patience sont des alliés à la construction de cette indépendance. Petit à petit, la diversification entamée portera ses fruits. Il ne s’agit pas de se passer immédiatement de son salaire (ce but pourra être atteint une fois que la diversification des revenus sera complète et assurée). Il s’agit en revanche de compléter son salaire, pour faire face à une privation (soudaine) de ce dernier. A ce jour, et cela est mon cas, il faut donner « du poids » aux sources qui permettent une diversification même minimale de ses revenus, ce qui est déjà un début et un point de départ à l’indépendance financière recherchée.

En ce mois de janvier, synonyme de bonnes résolutions, pourquoi ne pas compter parmi celles-ci justement, le passage à l’acte pour obtenir des revenus alternatifs ?!

Pour ma part, je compte me dégager du temps pour lire davantage. Afin de progresser en tant que blogueur (en améliorant par exemple les sujets et propos de mon blog), et afin de parfaire mes connaissances dans les domaines de la finance et de l’économie, je dois être familier avec les ouvrages-phare relatifs à ces domaines. Les connaissances qui en résulteront, serviront à la fois mon blog et moi-même en tant qu’individu. Elles me permettront également de poursuivre et/ou de peaufiner ma démarche pour ainsi augmenter mes revenus passifs. La lecture reste un moyen essentiel pour s’enrichir et asseoir ou non ses idées premières !

Et vous, où en êtes-vous… ? Partagez votre expérience ou réagissez à cet article en laissant un commentaire ci-dessous.

The post Diversification des revenus, bilan financier personnel appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/diversification-des-revenus-bilan-financier/feed/ 7
Eviter l’effondrement de ses finances personnelles http://www.economiseretinvestir.com/eviter-l-effrondrement-de-ses-finances-personnelles/ http://www.economiseretinvestir.com/eviter-l-effrondrement-de-ses-finances-personnelles/#comments Mon, 23 Dec 2013 13:28:10 +0000 http://www.economiseretinvestir.com/?p=3336 La tendance actuelle n’arrange pas les finances des Français. En effet, de nombreuses taxes ont vu le jour en 2013 et d’autres vont s’ajouter en 2014.  Parmi toutes, une apparaît comme la plus injuste socialement, la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA). Celle à 19,6% va passer à 20% et celle à 7% va atteindre 10% […]

The post Eviter l’effondrement de ses finances personnelles appeared first on Economiser et Investir.

]]>
La tendance actuelle n’arrange pas les finances des Français. En effet, de nombreuses taxes ont vu le jour en 2013 et d’autres vont s’ajouter en 2014.  Parmi toutes, une apparaît comme la plus injuste socialement, la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA). Celle à 19,6% va passer à 20% et celle à 7% va atteindre 10% (pour une grande partie des achats avec quelques exceptions à 5,5%), et ce au 1er janvier 2014. Quelque soit la situation financière de chacun, que l’on gagne le RSA, le SMIC ou 10 000 €/mois, nous sommes tous impactés par ces modifications à la hausse !

finances

De par ces augmentations de taxes, et plus spécifiquement celle concernant la TVA qui est omniprésente dans le quotidien de tous,  le pouvoir d’achat est parallèlement « mis à mal », et notamment,  celui relatif aux particuliers qui ont déjà beaucoup de mal à « finir leurs mois » financièrement parlant. Ces derniers se retrouvent dans une situation de plus en plus difficile à gérer, due, par exemples, à un dépassement de découvert qu’ils n’arrivent plus à combler (entraînant alors des frais bancaires non prévus), à des dépenses non maîtrisées, à des impayés qui s’accumulent…, engendrant alors un « cercle vicieux » dont on ne peut plus (ne sait plus) sortir.

Sondage sur les finances et dépenses des Français : constat

Le constat de 2013 montre que les Français sont moins à découvert qu’en 2012. Celui-ci peut s’expliquer par une nécessité de repenser ses finances et surtout ses dépenses, au vu des augmentations toujours constantes, et notamment relatives aux produits du quotidien. Cette vigilance implique en contre partie des sacrifices, dans des domaines jugés « non indispensables », tels que les loisirs. Ces derniers sont alors minimisés ou complètement abandonnés, pour veiller à ne se concentrer que sur l’essentiel. Voici l’infographie entière effectuée par Cofidis.infographie-cofidis

Comment éviter « le crash » de ses finances personnelles ?

Face à la multiplication des augmentations diverses et variées, il apparaît nécessaire et indispensable de contrôler, de mieux contrôler ses finances et donc ses dépenses, ou si tel est le cas, de commercer sérieusement à le faire. Des solutions existent et sont souvent connues de tous pour ce faire, mais la plupart du temps, elles ne sont tout simplement pas appliquées, et notamment, sur le long terme, l’objectif étant de (se) garantir un pouvoir d’achat durable.

  • Se connaître ou apprendre à se connaître financièrement : afin de comprendre ses difficultés financières, il faut s’intéresser à toutes ses entrées et sorties d’argent… Pour ce faire, le plus simple reste encore de reprendre et d’analyser ses relevés sur les 12 derniers mois, afin de ne rien oublier et de « scruter » les petites dépenses que l’on réalise sans les noter ou sans y faire vraiment attention. 😉 Des outils peuvent vous aider dans cette démarche, comme mon article Bilan financier, gérez- vous correctement votre budget ? ainsi que mon fichier de gestion « Bilan financier, comment se porte votre budget? » que je vous offre gratuitement via votre inscription à mon blog.

 

  • Vérifier tous ses contrats divers et variés : pour les réajuster à ses « vrais » besoins, pour annuler les éventuels « doublons » ou ceux dont l’utilité est obsolète, il faut revoir tous ces constats souscrits. Par exemple, un abonnement dans une salle de sport, une bibliothèque, où on ne met plus les pieds, doit être rapidement annulé, sans quoi, des dépenses inutiles et superflues seront inévitables, et au combien réalisées à tort. De même, des prises en charge d’assurances qui « se chevauchent », qui finalement pourraient être regroupées en un seul et même contrat, engagent des dépenses pourtant évitables, qui pourraient également être simplifiées dans le même temps. Ces révisions de contrats doivent être entreprises dans tous les domaines où des souscriptions ont été établies. Pour aller plus loin, il est aussi bénéfique de comparer et mettre en concurrence ses différents contrats d’assurances…

 

  • Penser au rachat de crédits si plusieurs sont en cours : le rachat de crédits peut être très intéressant dans beaucoup de situations. Lorsque plusieurs crédits sont engagés, pour éviter l’endettement et les obstacles financiers, le lissage de ses dépenses mensuelles peut être une solution avantageuse afin de limiter toute difficulté de remboursement des crédits souscrits. Pour étudier cette solution plus en détail, vous pouvez consulter mon article sur le rachat de crédits qui développe les points particuliers à savoir sur ce sujet.

 

  • Penser à la location, la vente ou revente d’objets non utilisés : la vente ou la revente (en brocante ou en vide-grenier par exemple), est une façon astucieuse de se débarrasser de ses objets (petits ou gros) que l’on n’utilise plus, mais que l’on transpose dans sa cave ou son grenier, encombrant ainsi un espace que l’on pourrait destiner à autre chose. La location est un bon compromis puisqu’elle satisfait l’acheteur qui réutilise et redonne vie à un objet souvent ancien, mais également le vendeur qui, au lieu de jeter, se débarrasse judicieusement de ses « vieilles bricoles » tout en retrouvant un espace vide et disponible. La location est un moyen de limiter considérablement ses dépenses, et là aussi, qui est à la fois profitable pour le locataire et pour le propriétaire. Cette nouvelle « forme de consommation » est en pleine expansion, de plus en plus de particuliers l’utilisent pour éviter la multiplication d’achats, pouvant être jugés non nécessaires sur le long terme.
  • Veiller aux dépenses « automatiques » ou que l’on « néglige » : certains frais ne sont pas ou peu contrôlés, entraînant des dépenses que l’on pourrait réduire. Pour ne citer qu’eux, il peut être intéressant de revoir ses frais bancaires car ils représentent souvent une dépense importante, mais qui échappe à notre vigilance car étant mensualisée. En passant par exemple par une banque en ligne, ces frais peuvent être revus à la baisse, voire complètement supprimés.

Conclusion

Se prendre en main, passer à l’action, ne pas subir son quotidien financièrement parlant en veillant à bien anticiper toute dépense quelle qu’elle soit, voilà ce qui peut résumer l’attitude et la démarche à suivre dans le domaine de la finance… Qu’il s’agisse de dépasser une situation financière compliquée ou de réaliser des investissements financiers divers, cette démarche est la plus à même d’assurer un résultat opportun, optimum, car construit et abouti dans la durée.

Garantir son pouvoir d’achat, c’est avant tout garantir une bonne maîtrise de ses finances au quotidien. Pour faire face au mieux aux augmentations qui ne font que se multiplier d’année en année, il est essentiel de contrôler et de dépenser habilement son argent, afin d’anticiper tout aléa éventuel de la vie.

En cette fin d’année 2013, une réflexion relative à sa situation financière peut être entreprise, et peut s’avérer judicieuse afin de commencer l’année 2014 sur de bonnes bases. Ses priorités doivent être définies afin d’amorcer cette nouvelle année sous les meilleurs auspices.

En espérant que cet article vous aura aidé à entamer cette réflexion future sereinement, je vous souhaite de passer de très belles fêtes de fin d’année.

The post Eviter l’effondrement de ses finances personnelles appeared first on Economiser et Investir.

]]>
http://www.economiseretinvestir.com/eviter-l-effrondrement-de-ses-finances-personnelles/feed/ 6