fermer la fenetre
Recevez GRATUITEMENT
- 4 fichiers de gestion Excel, qui vous aideront dans votre budget, votre projet immobilier, la gestion énergétique de votre logement.
- 3 E-books liés aux thématiques du Budget et de l'Investissement.
Votre adresse mail ne sera jamais cédée ni vendue à quiconque. Moi aussi je déteste les spams !

Payer ses achats en plusieurs fois

Aujourd’hui, le paiement « différé » de ses achats est désormais possible, et ce, par la multiplication des mentions suivantes « payer en 3, 4, voire 6 fois sans frais »… Que ce soit en magasin ou sur internet, cette nouvelle forme de paiement « à la carte » fleurit et se généralise, modifiant alors les habitudes de consommation du particulier, tout en accentuant toujours davantage « la folie ou la course à la consommation ». Examinons de plus près ce nouveau mode de consommation…

Payer ses achats en plusieurs fois sans frais, comment est-ce possible ?

Il s’agit de partenariats effectués entre l’enseigne et le client (souvent par l’intermédiaire d’une carte de fidélité), voire entre la banque d’une enseigne et le client.

payer ses achats en plusieurs fois

Attention tout de même…

En ce retour de vacances, pour faire face aux dépenses effectuées pendant ces dernières et aux impératifs financiers de la rentrée (fournitures et autres nécessaires pour les enfants, impôts sur le revenu à régler…), il peut être tentant d’avoir recours à ce type de paiement en plusieurs fois sans frais, pour ainsi « lisser » quelque peu les factures. Attention néanmoins, car pour payer en plusieurs fois ses achats, il est nécessaire de prendre connaissance des modalités et conditions spécifiques qui régissent ce mode de paiement…

  • crédit dit « gratuit » inférieur ou égale à 90 jours

Lorsqu’un commerçant propose au consommateur de payer son achat en plusieurs fois et sans aucun frais, il avance la somme nécessaire à l’achat envisagé, mais sans faire payer d’intérêts sur la somme avancée à l’acheteur.

Un crédit n’étant jamais réellement gratuit, les intérêts de ce crédit non payés par le consommateur, le seront nécessairement, par exemple par le commerçant lui-même.Le commerçant réduit alors sa marge sur le prix de vente, mais assure la vente immédiate de son produit.

Lorsque la durée du crédit gratuit est inférieure ou égale à 90 jours, il n’est pas soumis aux dispositions du code de la consommation protégeant l’emprunteur. Un paiement « trois fois sans frais » n’est pas un crédit à la consommation.

  • crédit dit « gratuit » supérieur à 90 jours

Un crédit gratuit, dont la durée est supérieure à 90 jours, est soumis à la réglementation applicable aux crédits à la consommation. Le commerçant doit remettre à l’emprunteur une fiche d’informations qui décrit les caractéristiques du crédit proposé, permettant au consommateur de comparer cette offre avec d’autres propositions de crédit.

Cette proposition s’apparente à un crédit à la consommation, qui présente donc un taux annuel effectif global (TAEG), une assurance, et un délai de rétractation de 14 jours à compter du jour de la signature de l’offre de crédit.

Aussi, il s’agit de bien vérifier les modalités de fonctionnement qui régissent par exemple les cartes de fidélité, payantes ou non d’ailleurs, et de veiller aux conditions très souvent « vicieuses » et minutieusement définies dans « les petites lignes en italique » situées en bas du contrat !

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Il est donc primordial, avant de s’engager, de vérifier ses capacités de remboursement, car, dans le cas contraire, ce paiement qui devait alléger et échelonner les dépenses pour les rendre plus digestes, deviendra une épine dans votre budget, se transformant alors en une véritable catastrophe et non plus en une aide bienvenue.

Conseils

Comme dit plus haut, souscrire un tel contrat, vous engage à payer la totalité du produit acheté. Aussi, anticiper les paiements répartis par une organisation avisée de ses finances, et plus généralement de son budget, est essentiel. De plus, cette organisation définie, évitera tout oubli de versements (il s’agit de bien vérifier le nombre de versements déjà effectués et ceux restant à donner). En effet, il serait particulièrement fâcheux de « se mettre dans le rouge » et payer alors des indemnités bancaires, ce que l’on appelle couramment les AGIOS, faute de rigueur ou pour cause d’oubli. Mon fichier de gestion « Bilan financier, comment se porte votre budget ?« , peut aider dans la mise en place de cette organisation financière personnelle, et est offert gratuitement lors de l’inscription à ma newsletter.

Lorsqu’un paiement en plusieurs fois est engagé, il est préférable d’éviter toute autre dépense, conséquente financièrement parlant et notamment « superflue ». De même, si je ne peux me permettre tout achat autre que nécessaire ou vital (achat impulsif), par exemple relatif aux activités de loisirs (le paiement en plusieurs fois peut concerner ce type de produit), ou si je perçois des difficultés à m’imposer une certaine « constance » dans mes dépenses au quotidien, alors il est également préférable de ne pas envisager le paiement en plusieurs fois. Dans ces cas, le paiement en une seule fois peut être plus sûr (« je sais que mon achat est totalement payé alors, je n’y reviens plus »), ou tout simplement, s’abstenir d’acheter le produit souhaité, peut être clairement la solution, pour éviter à coût sûr cette fois, toute mauvaise surprise ultérieure, pouvant être engendrée par le paiement en plusieurs fois.

Acheter ses achats comptant

Le commerçant peut proposer une remise sur le prix à l’acheteur qui paye au comptant, alors qu’il propose un crédit gratuit. Cette réduction de prix n’a pas de caractère obligatoire, depuis le 1er septembre 2010, en application de la loi Lagarde du 1er juillet 2010. Mais si le commerçant consent un escompte pour paiement au comptant, cette réduction sur le prix du bien doit obligatoirement être mentionnée dans la publicité.

L’escompte de règlement (de caisse, financier) est une réduction de prix accordée pour un paiement comptant. Le taux d’escompte doit être obligatoirement indiqué sur la facture.

L’escompte commercial est une opération dans laquelle un client paye la facture de son fournisseur comptant au lieu d’attendre l’échéance prévue, en retirant un pourcentage en échange (le pourcentage retiré est aussi appelé « escompte »).

Source Wikipédia

Enfin, ces informations d’escompte n’empêchent pas d’envisager une négociation afin d’obtenir une meilleure réduction 😉 !

Conclusion

Pour ma part, je n’ai jamais effectué d’achat via ce mode de paiement, je préfère « payer cash », pour contrôler immédiatement mes dépenses et ainsi « visualiser » clairement mon budget restant. Par ailleurs, la peur également des mauvaises surprises encore une fois, et des conditions incertaines et hasardeuses pouvant régir les contrats relatifs à ce type de paiement, me résout à la prudence (« moins de contrats, moins de soucis »).

Malgré tout, ce mode de paiement peut être une solution pour faire face à des dépenses imprévues ou non pensées (taxes relatives à l’habitation par exemple…), et notamment, lorsque l’on ne peut compter sur une épargne de précaution. Il peut être alors avantageux, mais implique et engage une extrême vigilance de la part du souscripteur.

Vos réactions sont les bienvenues, n’hésitez pas à partager vos connaissances sur ce sujet.

Recevez GRATUITEMENT

- 3 fichiers de gestion Excel, qui vous aideront dans votre budget, votre projet immobilier, la gestion énergétique de votre logement.

- 3 E-books liés aux thématiques du Budget et de l'Investissement.


2 Responses to Payer ses achats en plusieurs fois

  1. Ludovic Baratier octobre 2, 2013 at 14 h 48 min #

    bonjour

    que penses tu de la technique du cash back pour payer ses achats ?

    ludovic
    Ludovic Baratier Articles récents..Bourse : Orange progresse, qu’en penser ?My Profile

    • Olivier G octobre 14, 2013 at 18 h 33 min #

      Bonjour Ludovic,

      Je connais mal cette technique, du moins je ne l’utilise pas, cela peut être intéressant pour des personnes qui font la majorité de leurs achats via internet. De plus, pour de l’affiliation cela paraît très bien pensé.
      Peut être que j’écrirai un article sur cette technique un jour… mais avant je pense que je l’aurai testée en tant que client et/ou « parrain ».

      A bientôt,
      Olivier G.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.