fermer la fenetre
Recevez GRATUITEMENT
- 4 fichiers de gestion Excel, qui vous aideront dans votre budget, votre projet immobilier, la gestion énergétique de votre logement.
- 3 E-books liés aux thématiques du Budget et de l'Investissement.
Votre adresse mail ne sera jamais cédée ni vendue à quiconque. Moi aussi je déteste les spams !

Chauffage au bois, ce qu’il faut savoir

Différents points essentiels doivent être connus et pris en compte, lorsque l’on choisi d’utiliser un chauffage au bois. A travers les diverses explications données, il s’agit de montrer en quoi le chauffage au bois est tout aussi technique qu’un autre système de chauffage.

Les différentes essences de bois

  1. La famille des feuillus durs (chêne, frêne, châtaignier, charme, noyer…). Le châtaignier, le noyer, le merisier émettent des projection lors de leur combustion.
  2. La famille des résineux (épicéa, sapin, pin, mélèze…). L’usage des résineux entraîne un encrassage plus rapide du conduit de cheminée, par l’accumulation de bistre via la résine qu »ils émettent.
  3. La famille des feuillus tendres (bouleau, peuplier…).

Les différentes formes de bois de chauffagechauffage au bois

  1. Le bois bûche, est la forme la plus connue et répandue pour le bois de chauffage, le « simple morceau de bois » en somme.
  2. La plaquette forestière, bois sous forme de copeaux issus des sous-produits en bois non commercialisés.
  3. Le pellet, granulés compressés cylindriques, fabriqués à partir de sciures de scierie ou de sous-produits de menuiserie.
  4. La bûchette reconstituée, fabriquée à partir de sciures, de copeaux et d’écorces compressés pour reformer une « bûche ».

Le bon bois

Pour garantir une bonne combustion du bois, celui-ci, pour brûler, doit présenter un taux d’humidité inférieur à 20%. Attention à l’humidité donc, et au séchage du bois, de la découpe en forêt à l’approvisionnement dans nos appareils au bois.

Il est nécessaire d’entreposer son bois dans une zone se trouvant à l’abri des intempéries et surtout ventilée.

Pour être sûr de votre approvisionnement, il existe des labels de qualité relatifs au bois fourni :

  • Pour la bûche : »NF bois de chauffage«
  • Pour le granulé : »NF granulés biocombustibles«

Les différents appareils pour le chauffage au bois

Les appareils indépendants : poêle ou insert, ont un rendement, pour des appareils actuels, qui varie entre 60 et 80 %. Une particularité pour les poêles à granulés ou poêles de masse, ces poêles ont un rendement qui varie entre 80 à 95%. Les appareils datant de plus de 10 ans, ont eux un rendement médiocre de l’ordre de 40 à 60 % pour un poêle ou insert.

Il existe également des poêles bouilleurs qui chauffent directement de l’eau par un circuit de chauffage hydraulique (plancher chauffant, radiateur).

Les chaudières bois : automatiques (avec silo), manuelles, avec ou sans turbo, elles ont un rendement qui varie entre 75 à 95%, voire 105% pour les chaudières à condensation.

Un label de qualité des appareils de chauffage au bois, nommé Flamme verte, garantit le rendement énergétique et renseigne sur les émissions polluantes.

Pour obtenir un bon rendement, il faut contrôler le dimensionnement de l’installation (par rapport au volume à chauffer, à l’isolation du logement) et la mise en œuvre (de l’appareil et de la fumisterie).

L’entretien, le ramonage

La réglementation, via l’arrêté du 15 septembre 2009, impose un entretien des chaudières à combustibles solides, liquides ou gazeux, dont la puissance est comprise entre 4kW et 400kW.

Le règlement Sanitaire Départemental Type, par exemple dans le Haut-Rhin, impose un ramonage du conduit de fumée et du conduit de raccordement 2 fois par an, dont 1 fois pendant la saison de chauffe.

L’entretien des appareils de chauffage est primordial pour bénéficier de performances optimales et pour assurer un chauffage en toute sécurité. Ces garanties de performance et de sécurité dépendent (outre de l’entretien), de divers contrôles qu’il s’agit d’entreprendre régulièrement : un décentrage en temps et en heure, un contrôle visuel des flammes, une vérification des joints, un nettoyage du ventilateur s’il y en a un.

Le chauffage au bois est-il économique ?

Si les règles mentionnées ci-dessus sont respectées, le rendement du chauffage au bois sera alors à son optimum. Outre le rendement de l’appareil, il s’agit de s’intéresser au « carburant » même de ce dernier : le bois. Le tableau ci-dessous compare le prix/kWh de plusieurs énergies (fossiles et renouvelables).

chauffage au bois

prix TTC/kWh avril 2013 – Source AJENA

Comme constaté sur ce graphique, le bois est très compétitif, au vu des autres énergies disponibles actuellement sur le marché, du point de vue de son prix au kWh.

Voici quelques équivalences énergétiques : 0,6-0,7 stères de bois bûche = 1 MAP (m3 apparent de plaquettes) = 220 kg de granulés = 1000 kWh = 100 Litres de fioul.

A partir de votre facture de gaz ou d’électricité par exemple, vous pouvez calculer ce que vous pourriez payer si vous utilisiez un chauffage au bois, en équivalence des kWh et en fonction de votre consommation moyenne.

De plus, au vu de l’actualité, si la « taxe carbone » appelée contribution climat énergie venait à être clairement appliquée, le chauffage au bois serait exonéré de celle-ci !, le bois étant une énergie renouvelable avec un bilan carbone relativement neutre.

Conclusion

Le chauffage au bois peut s’avérer rentable (économiquement parlant et relatif au confort attendu), si les différents points évoqués sont vérifiés (la nature du bois, le taux d’humidité, le rendement de l’appareil et son entretien). Aussi, ce type de chauffage ayant évolué, il peut aujourd’hui répondre aux besoins d’un très large panel. Le chauffage au bois est bel et bien une solution à ne pas négliger lorsque l’on s’interroge sur le type de chauffage à utiliser ou installer chez soi, car il répond grandement aux besoins d’économies et de confort relatifs au chauffage de l’habitat.

Recevez GRATUITEMENT

- 3 fichiers de gestion Excel, qui vous aideront dans votre budget, votre projet immobilier, la gestion énergétique de votre logement.

- 3 E-books liés aux thématiques du Budget et de l'Investissement.


9 Responses to Chauffage au bois, ce qu’il faut savoir

  1. damien septembre 17, 2013 at 15 h 49 min #

    Cet article arrive au moment ou je rentre mes 10 steres de bois. Oui quand on se chauffe au bois, on se chauffe pour pas cher. Cela dit je viens de passer 3 heures a monter mes piles de bois. Vous conviendrez donc que le bois ne chauffe pas que votre maison. L an prochain je change de moyen de chauffage, non pas pour plus economique mais pour plus pratique : le bois c est trop de boulot!

    • Jimmy septembre 17, 2013 at 22 h 15 min #

      J’ai également rangé mes 11 steres de bois. C’est vrai que cela demande du boulot
      et peut en décourager plus d’un mais c’est aussi le choix une solution de chauffage autonome.
      Autant en profiter avant que ce dernier ne soit taxé.
      Merci Olivier pour cet article qui confirme mon choix économique dans mon moyen de chauffage.
      Ne pas oublier une bonne isolation de sa maison pour profiter pleinement du rendement de son mode de chauffage.

      • Olivier G septembre 19, 2013 at 21 h 28 min #

        Bonjour Jimmy,

        Vous soulignez un point important que je n’ai pas évoqué dans mon article : l’énergie autonome qu’est le bois. En effet, en se chauffant avec un poêle ou un insert à bûches, si une coupure d’électricité survient pendant l’hiver, avec ces derniers on peut toujours se chauffer !

        Merci 😉
        Olivier G.

    • Olivier G septembre 19, 2013 at 21 h 27 min #

      Bonjour Damien,

      Je suis d’accord avec vous sur le fait que chaque mode de chauffage et d’énergie à ses inconvénients et ses avantages.

      Je ne l’évoque toutefois pas assez clairement, mais il existe des chaudières automatiques aux granulés de bois (avec un circuit hydraulique) qui peuvent remplacer n’importe quelle chaudière. Le bois peut donc répondre au point que vous évoquez « plus pratique ».

      Bien sûr, cela étant, il s’agit de prendre en compte les multiples variables existantes en fonction des situations (chauffage avec un circuit hydraulique ou non, en appartement ou maison, surface de chaufferie, maison isolée ou non…).

      Cordialement,
      Olivier G.

  2. Quentin septembre 18, 2013 at 11 h 43 min #

    Bonjour,

    Le chauffage au bois, outre l’inconvénient de rentrer son bois, possède bien des avantages :

    – Si la forêt est bien gérée, vous êtes sûres que dans 50 ans vous pourrez encore vous chauffer. On peut difficilement en dire autant du fioul et du gaz !

    – Le bois est meilleur pour la balance commerciale que le fioul ou le gaz (et même que l’électricité).

    – En terme de confort, le chauffage au bois est meilleur que l’électrique et équivalent aux autres systèmes à chaudière.

    – En termes de bilan carbone, le chauffage au bois est neutre en CO2. Aucun autre type de chauffage (excepté le soleil) ne peut en faire autant.

    Bref, beaucoup d’avantages ! N’oublions pas que le bois est la première source d’énergie renouvelable en France.

    J’ai une petite critique à faire par rapport au tableau sur les prix. Il n’intègre que les coûts d’utilisation et pas du tout les coût d’installation du système ! Il n’intègre pas non plus les coûts annexes comme le besoin d’un appoint pour le solaire !

    Il serait donc bon de voir une étude de prix de revient annuel sur l’ensemble de la chaine :
    – Amortissement de l’installation (son prix de départ divisé par sa durée de vie).
    – Prix d’utilisation
    – Besoin annexes

    Enfin n’oublions pas que l’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas : elle s’appelle la laine de verre !
    Quentin Articles récents..Propagation de la chaleur : la conduction thermique (3/3) – application à l’habitatMy Profile

    • Olivier G septembre 19, 2013 at 21 h 30 min #

      Bonjour Quentin,

      Les prix évoqués ne parlent que du coût d’exploitation, vous avez raison.
      Je ne voulais pas effectuer une analyse sur le temps de retour relatif aux différentes énergies mentionnées, car comme vous le savez, cela dépend surtout de la surface à chauffer et du degré d’isolation mise en place, ce sont ces points qui vont déterminer la puissance de la chaudière, la consommation donc le prix d’exploitation, le prix d’abonnement au besoin, le coût de maintenance…

      Pour chaque réflexion relative aux différents modes de chauffage, l’analyse du temps de retour peut être déterminée, mais cela est un autre sujet très riche.

      Et je rajouterais, comme vous l’avez souligné, que l’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas, car en effet, 0 kWh multiplié par n’importe quel prix du kWh donnera toujours 0. Alors il s’agit de penser en priorité à une bonne isolation.

      Merci à vous.
      Cordialement,
      Olivier G.

      • Quentin septembre 19, 2013 at 22 h 06 min #

        Je ne peux qu’abonder dans le sens des économies d’énergie. Ayant moi même fait construire une maison passive, je me délecte à chaque facture d’électricité : moins de 50 €/mois (hiver inclus) !
        Quentin Articles récents..Goodbye-kWh interviewé sur Mon Poêle à PelletMy Profile

  3. cherie avril 8, 2015 at 12 h 49 min #

    Je pense vraiment que si l’on investit dans une bonne isolation thermique, on peut facilement se passer de la chaudière ou du radiateur. Cela dit, merci pour les conseils

  4. Cyril mai 9, 2016 at 1 h 47 min #

    Il pourrait etre interessant d’aborder ce theme aussi sous l’angle de l’equipement : Est ce le moment d’acheter un appareil de chauffage au bois afin de profiter des credits d’impots : 30% ce n’est pas rien !
    A noter le tres fort developpement actuel du chauffage au granules de bois (qui bien qu’efficace et confortable restent peu rentable par rapport au gaz fioul pour le moment…)

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.